Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre mois de prison pour un homme accusé d'avoir menacé de mort un militaire dans un train en Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Un homme de 46 ans est condamné pour des menaces qu'il aurait proférées contre un militaire dans un TER juste après l'assassinat terroriste d'un policier à Paris.

Salle d'audience du palais de justice de Chambéry
Salle d'audience du palais de justice de Chambéry © Radio France - Luc Chemla

Le 5 mai 2017, soit quinze jours après l'assassinat terroriste de Xavier Jugelé sur les Champs-Élysées, un habitant d'Aix-les-Bains d'origine marocaine prend à partie un militaire qui voyage dans un TER en direction de la Savoie. A l'arrivée en gare d'Aix-les-Bains, la conversation s'envenime. Dans ce contexte post-attentat, les mots résonnent. Le quadragénaire fait, selon sa version, remarquer au militaire "qu'il risque sa vie en ce moment". Son avocat dira qu'il le met en garde contre les dangers du terrorisme. Ce n'est pas du tout le sentiment du militaire qui porte plainte. Pour lui, la menace est directe. D'où la poursuite pénale pour "apologie du terrorisme". 

10 jours après son esclandre, l'homme est interpellé à son travail, avec les renforts de la BRI et de la DGSI (les services de renseignements) et placé sous mandat de dépôt. Il passera quatre mois en détention provisoire. La peine prononcée par le tribunal correctionnel de Chambéry, ce vendredi 22 janvier, couvre la durée de la détention. Le tribunal le condamne à quatre mois de prison. Et requalifie l'apologie du terrorisme en "menaces de mort". Joint par France Bleu Pays de Savoie, le défenseur du prévenu se réserve le droit de faire appel. Selon lui, il maintient que la menace n'a pas été caractérisée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess