Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

4 spectateurs du FISE terminent au poste de police de Montpellier

samedi 12 mai 2018 à 18:37 Par Stefane Pocher, France Bleu Hérault

4 hommes ont été interpellés à Montpellier dans la nuit de vendredi à samedi après avoir jeté des projectiles sur la police municipale. Ces jeunes qui étaient ivres seront convoqués ultérieurement devant la justice.

Hôtel de police de Montpellier
Hôtel de police de Montpellier © Radio France - Sylvie Duchesne

Montpellier, France

Quatre jeunes de 20 à 25 ans ont été remis en liberté après avoir été placés en garde à vue pour outrage et rébellion.

Ils ont été interpellés dans la nuit de vendredi à samedi, après avoir lancé  en direction des policiers municipaux des bouteilles de bière et d’autres alcools (bouteilles vides)

Ils refusaient de sortir du jardin du Peyrou.  Ils s'y étaient réfugiés à la fermeture du F.I.S.E, le Festival International de Sports Extrêmes de Montpellier.

Aucun agent de police n'a été blessé par les bouteilles lancées  

Ces jeunes originaires d'Avignon, Toulouse et Montpellier étaient ivres.  L'un d'entre eux, élève infirmier à Montpellier, est connu des autorités.

A la fermeture du F.I.S.E, une centaine de spectateurs se sont regroupés dans le jardin du Peyrou pour y terminer la nuit.  

Certains auraient refusé de quitter les lieux, quand la police est intervenue. Le site aurait dû visiblement être fermé à cette heure-ci par la mairie.

Ces jeunes, qui ont expliqué ne se souvenir de rien, seront convoqués en septembre prochain devant le tribunal correctionnel pour expliquer leur comportement.   Ils risquent jusqu'à 5 ans de prison.