Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quarante voitures détruites à Grenoble après la victoire des bleus : témoignage de Justine, 24 ans

lundi 16 juillet 2018 à 16:31 Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère

Justine et son mari, comme des dizaines d'autres jeunes ont vu leurs voitures mises sur le toit par les délinquants, le soir de la finale. Ils avaient des voitures, petites, pas chères et peu cotées. Mais les valeurs d'usage sont infiniment supérieures à ce que les assurances vont rembourser.

Une des voitures détruites
Une des voitures détruites © Radio France - G.F.

Grenoble, France

"On était Tranquillement chez nous en train de manger, après avoir regardé la finale au Parc Paul-Mistral (à Grenoble, ndlr).  On a vu, sur les coups de 21h20-22h à peu près,  une foule de gens ... qui sont arrivés avec des motos sans casque, forcément !  De toute façon à Grenoble y a que ça."

Le témoignage de Justine, 24 ans 

"Et à  cinq  ou six, ils ont retourné nos voitures. Et nous, on se lève le matin pour aller travailler. Ces gens-là, pour la plupart, ne travaillent pas... j'en ai reconnu certains, que je connais par mon ancien travail et je peux dire que ces gens là ne travaillent pas, ne se lèvent pas le matin pour justifier leurs salaires et ne sont sûrement pas assurées comme il faut. Mais ça personne ne s'y intéresse".

"Ils ont retourné nos voitures et aujourd'hui on se trouve sans plus aucune voiture. C'est nous, encore, qui allons payer. Nous on fait que ça payer payer pour ces gens qui ne bossent pas, qui ne font rien.

Témoignage de Justine 24 ans, dont la voiture a été retournée à Grenoble par des casseurs le soir de la finale de la coupe du monde

Selon la préfecture de l'Isère, une quarantaine de voitures ont été vandalisées de la sorte le soir de la finale. La plupart des citadines, plus légères. Leurs propriétaires, jeunes pour la plupart, disposent de cinq jours pour déclarer le sinistre à leur assurance. On a déploré jusqu'à quatre-vingt feux sur la voie publique dans l'agglomération grenobloise.

Ce dimanche soir, cinq hommes de 19 à 25 ans, ont été interpellés à Grenoble et placés en garde à vue, quatre d'entre-eux pour dégradations, outrages, violences. Lundi soir, trois ont été remis en liberté avec une convocation ultérieure en vue de leur mise en examen. Le quatrième a vu sa garde à vue prolongée.