Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

42% des LGBT ont un "sentiment de malaise" à l'école d'après une enquête de l'association Béarnaise Arcolan-Pau

-
Par , France Bleu Béarn

L'Association LGBT Béarnaise "Arcolan" dévoile une enquête sur l'homophobie. Pendant 10 semaines, l’association Paloise a diffusé sur internet un questionnaire de 30 questions sur l'homophobie en Béarn. En tout, 450 personnes ayant été victimes ou témoins d'un acte homophobe ont répondu.

Martin, Jérome, Simon et Bernard, membres de l'association Béarnaise
Martin, Jérome, Simon et Bernard, membres de l'association Béarnaise © Radio France - Nina Valette

Pau

"Au cours des 12 derniers mois, avez-vous été témoin de discrimination/injures LGBT-phobes?" ; "Qui étaient les auteurs de l’agression ?"  ; ou encore "sur une échelle de 1 à 10, comment vous sentez-vous dans votre environnement scolaire ?". Voilà les questions de l’enquête de l’association Arcolan à Pau (Pyrénées-Atlantiques). Du 7 janvier au 15 mars, elle a fait circuler une liste de plusieurs questions à destination de témoins d’agressions LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres) ou des victimes. Des chiffres qui vont permettre de mieux cibler les besoins.

450 réponses au total 

En Béarn, l’association Arcolan constate que beaucoup de jeunes ont répondu au questionnaire. Une forte mobilisation qui permet faire un constat inquiétant : 42 % des collégiens, lycéennes, étudiants expriment "leur malaise dans le cadre des études". Un chiffre qui n’étonne pas vraiment Bernard Gachen, professeur d'histoire en collège et Président de l'association LGBT Arcolan : _"Cette homophobie sournoise, insidieuse qui s’installe dans les écoles interpelle beaucoup. C’est un âge où l’on se construit et cette homophobie peut créer un recul d’estime de soi et mettre en échec des jeunes. C’est quelques fois une remarque, sur un vêtement, ou un simple regard. C’est fait sur le ton de la plaisanterie, je le vois beaucoup chez les élèves de 6e ou 5e. Ils ont tendance à faire des remarques très vite comme "pd ou gonzesse_", il ne faut pas laisser faire !", raconte l'enseignant. 

Alors pour toucher encore plus les jeunes, l’équipe va prendre des mesures : _"_On doit être encore plus présent sur les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, Twitter. C’est souvent un refuge pour les jeunes victimes d’homophobie, mais aussi un lieu d'harcèlement", ajoute Bernard Gachen.  

La structure va aussi profiter d’un nouveau local mis à disposition par la mairie de Pau. Des infos que vous pourrez retrouver directement sur le site "Les Bascos", qui regroupe l'antenne paloise et bayonnaise de l'association.