Faits divers – Justice

5 ans après l'invasion de la mosquée de Buxerolles, Génération identitaire devant la justice

Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou jeudi 19 octobre 2017 à 20:00

le 20 octobre 2012, 73 membres de Génération identitaire, groupuscule d'ultra-droite, occupent illégalement le toit de la mosquée de Buxerolles, près de Poitiers.
le 20 octobre 2012, 73 membres de Génération identitaire, groupuscule d'ultra-droite, occupent illégalement le toit de la mosquée de Buxerolles, près de Poitiers. © Maxppp - Maxppp

C'est ce vendredi 20 octobre 2017 que s'ouvre à Poitiers le procès de l'invasion de la mosquée de Buxerolles, près de Poitiers. 5 ans jour pour jour après les faits, 5 membres de Génération identitaire, groupuscule d'Extrême-droite sont jugés pour avoir "incitation à la haine raciale" notamment.

C'est à 9h ce vendredi 20 octobre 2017 que s'ouvre à Poitiers le procès de l'occupation illégale de la mosquée de Buxerolles. C'était le 20 octobre 2012. Cinq ans plus tard, jour pour jour, 5 membres du groupuscule d'Extrême-droite, sont jugés devant le tribunal correctionnel de Poitiers pour s'être "invités" sur le chantier de l'édifice. Ils devront répondre entre autres de "provocation à la haine raciale".

Génération identitaire, adepte des coups de com

Génération identitaire, c'est la branche jeune de Bloc identitaire, mouvance de l'Ultra-droite française. Elle s'illustre généralement par des actions éclairs et des coups médiatiques, et l'invasion du chantier de la mosquée de Buxerolles en est un exemple parmi tant d'autres.

A l'époque, l'une des principales revendications du mouvement, c'est de réclamer l'organisation d'un référendum sur l'immigration et contre la construction de mosquées en France. Or celle de Buxerolles est justement en chantier, et elle se trouve près d'un lieu hautement symbolique pour l'Ultra droite en France : Poitiers, là où Charles Martel arrête l'invasion arabe en 732.

L'occupation du toit de la mosquée durera 5 heures

Ce 20 octobre 2012 donc, 73 membres de Génération identitaire venus des 4 coins de l'Hexagone, profitent du petit matin pour investir le chantier en catimini. Ils dérobent les tapis de prière, les montent sur le toit pour les souiller, et de là-haut, percent la façade pour y accrocher une banderole sur laquelle on peut lire "732, génération identitaire / immigration construction mosquées référendum".

Les musulmans Poitevins choqués

A l'époque, les musulmans Poitevins venus pour la prière du matin, découvrent l'occupation de leur mosquée en construction, mais ne cèdent pas à la provocation. Choqués, ils observent la scène de loin. Tandis que sous l’œil des caméras de télé, les activistes balancent leurs slogans. Ils appellent les "Gaulois à se réveiller" contre "l'invasion migratoire".

Provocation à la haine raciale

Pour Génération identitaire, c'est de la liberté d'expression, mais la justice, elle, y voit une "incitation à la haine raciale". C'est d'ailleurs pour cela que Génération identitaire est poursuivie en tant que personne morale et que 5 de ses membres comparaissent ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Poitiers.

Les musulmans Poitevins de l'UOIF, parties civiles

Dans un communiqué, l'Union des organisations islamiques de France présentent les prévenus comme les leaders de cette action coup de poing. L'UOIF ainsi que deux autres associations de défense des droits de l'homme, se sont portées parties civiles dans ce dossier.

Un procès sous tension mais aussi une tribune

De son côté, Génération identitaire, sur internet et les réseaux sociaux, bat le rappel de ses troupes pour venir soutenir ses membres poursuivis. Quant à l'Action étudiante anti-fasciste, elle, appelle à manifester devant le palais de justice en soirée. C'est donc un procès sous tension qui s'ouvre ce vendredi 20 octobre 2017 à Poitiers, un procès qui risque de se transformer en tribune.