Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq ans de prison dont un ferme pour la maman du bébé congelé à Lisbourg

-
Par , , France Bleu Nord, France Bleu

Les jurés des Assises de Saint-Omer sont allés au delà des réquisitions. Ils ont condamné la mère du bébé congelé de Lisbourg à 1 ans de prison ferme, et 4 ans avec sursis, pour "privation de sois suivis de mort" de son nourisson de 7 jours. L'affaire date d'il y a 5 ans.

Le verdict est d'un an de prison ferme et 4 ans avec sursis.
Le verdict est d'un an de prison ferme et 4 ans avec sursis. © Maxppp - Joel Philippon

Après 2 jours de débats et 2 heures de délibéré, le jury a reconnu la mère du bébé congelé coupable de "privation de soins et d'aliments suivis de mort  d'un mineur de moins de 15 ans". Elle écope de 5 ans de prison, dont 1 an ferme.

Le bébé de 7 jours retrouvé dans un congélateur

L'affaire commence il y a 5 ans, quand Lilou, son bébé de 7 jours, est retrouvée dans un congélateur d'une maison de Lisboursg le 2 mars 2014. La jeune femme avait accouché seule en 2011, et avait caché son existence au reste du monde. Elle l'a laissé seule lorsqu'elle allait travailler, et 7 jours après sa naissance, elle a mis le bébé dans le congélateur. C'est le nouveau compagnon de cette femme qui a découvert le corps.  

Le procès s'est attardé sur le passé traumatique de l'accusée, violée par son grand-père à 16 ans, qui a fait ensuite un premier déni de grossesse, puis un déni de l'existence de cet enfant, conçu lors d'une relation non-consentie. Ce qui joué devant la Cour d'Assise, c'est la responsabilité et la conscience de cette mère : avait- elle conscience de mettre en danger son bébé? Oui ont répondu les jurés.

Pour l'avocate de l'accusée, ce jugement est incohérent : elle n'était pas jugée pour meurtre, mais pour privation de soin, et ne comprend pas la prison ferme. Elle comparaissait d'ailleurs libre. A l'issu de l'audience, elle a été incarcéré : elle a 10 jours pour faire appel de la décision. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu