Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Annecy : cinq jours après la mort de la psychologue tuée, les passants se recueillent devant son cabinet

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

A chaque jour passé depuis le drame, les témoignages d'émotion, et de soutien à la famille de la psychologue tuée jeudi dernier se multiplient. Sous un portrait souriant de la jeune femme, fleurs et livre blanc sont abritées sous une tente dressée devant le cabinet de la rue Carnot à Annecy.

Des fleurs et des hommages à l'abri sous une tente blanche dressée devant le cabinet que la jeune psychologue partageait avec son mari
Des fleurs et des hommages à l'abri sous une tente blanche dressée devant le cabinet que la jeune psychologue partageait avec son mari © Radio France - Marie AMELINE

Sous le portrait de la jeune femme de 31 ans, tuée jeudi dernier dans son cabinet de la rue Carnot à Annecy en Haute-Savoie, par un homme qu'elle allait mettre en cause dans un signalement pour abus sexuels, les bouquets de fleurs, et les témoignages de sympathie se multiplient. Cinq jours après le drame, de nombreux passants s'arrêtent, certains se signent, d'autres murmurent quelques mots, d'autres encore lisent les messages laissés par leurs prédécesseurs.

Des messages sont accrochés aux bouquets ou rédigés dans le livre blanc mis à disposition sous une tente blanche dressée au pied de l'immeuble qui abrite le cabinet que la victime partageait avec son mari, et où elle a trouvé la mort.

"Morgane tu es un peu Moi, tu es un peu Nous, la famille de la psychiatrie est triste de ton départ si violent" écrit une infirmière
"Morgane tu es un peu Moi, tu es un peu Nous, la famille de la psychiatrie est triste de ton départ si violent" écrit une infirmière © Radio France - Marie AMELINE
Choix de la station

À venir dansDanssecondess