Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Cinq minutes qui ont duré une éternité": le traumatisme après le braquage de "Noz" à Châteauroux

-
Par , France Bleu Berry

Samedi dernier, l'enseigne "Noz" à Châteauroux a été braquée. Les salariées présentes au moment des faits sont traumatisées. Une enquête est ouverte.

Le magasin de déstockage a été braqué samedi soir à Châteauroux
Le magasin de déstockage a été braqué samedi soir à Châteauroux © Radio France - Elodie Rabelle

Le magasin de déstockage "Noz" de Châteauroux a été braqué. Les faits se sont déroulés samedi soir, au moment de la fermeture. Un homme armé a pénétré dans le magasin dans le but de s'emparer des recettes. 

Le suspect avait-il prémédité son coup ? 

Le braqueur s'en est d'abord pris à une employée de "Noz", dont le domicile se trouve à proximité de l'enseigne. Il l'a menacée avec son arme et l'a forcée à le conduire à l'intérieur du magasin. 

Ce soir-là, deux autres personnes travaillent. Ce sont donc cette employée, l'adjointe de la responsable et une hôtesse de caisse qui ont été mises en joue par le braqueur.  Il les a obligées à lui remettre le contenu des recettes, soit 1.000 à 1.200 euros selon les estimations. La scène a duré 5 minutes, de 19h30, l'heure où le rideau se baisse jusqu'à 19h35, l'heure à laquelle la police de Châteauroux est appelée.  

Les salariées traumatisées

Même si le braquage a été rapide, l'impact psychologique sur les salariées est de taille. "Ces 5 minutes leur ont paru une éternité" raconte la responsable qui est en liaison permanente avec ses salariées. Ces dernières sont traumatisées, et sont inquiètes pour leur sécurité, car c'est la troisième fois que le magasin subit un braquage. "Elles ressassent sans cesse ce qu'il s'est passé, elles revoient le regard du braqueur, un regard dur, froid et déterminé, elles se sont vues y passer".

Sur les trois victimes, deux sont sous suivi psychologique et médication. Elles ont 5 jours d'arrêt. La troisième a souhaité continuer le travail, mais dans un autre magasin. L'enseigne Noz a évidemment porté plainte. L'enquête est toujours en en cours pour tenter de retrouver le braqueur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess