Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

Affaire Péchier : 500.000 euros d'arrêts maladie réclamés à l'anesthésiste de Besançon

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Poitou, France Bleu

L'anesthésiste de Besançon, le Dr Péchier, mis en examen pour 24 empoisonnements dont neuf mortels, est soupçonné de fraude auprès de l'assurance maladie. Sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros d'arrêts maladie qu'elle estime indûment versés.

La caisse de prévoyance de l'anesthésiste bisontin, Frédéric Péchier, réclame le remboursement de 500.000 euros d'arrêts maladie (photo d'archives avec son avocat, à gauche, Me Schwerdorffer)
La caisse de prévoyance de l'anesthésiste bisontin, Frédéric Péchier, réclame le remboursement de 500.000 euros d'arrêts maladie (photo d'archives avec son avocat, à gauche, Me Schwerdorffer) © Radio France - Laurine Benjebria

La caisse de prévoyance du Dr Péchier, l'anesthésiste bisontin soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, réclame au médecin le remboursement de 500.000 euros d'arrêts maladie qu'elle estime indûment versés.

Depuis sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire en 2017, le médecin est en arrêt maladie. Il a donc perçu, à ce titre, 500.000 euros de sa caisse de prévoyance, spécialisée dans le domaine médical. Celle-ci a décidé d'assigner le Dr Péchier au civil, devant le tribunal judiciaire de Poitiers où l'anesthésiste est désormais domicilié, révèle ce mardi Le Parisien.

Interdit d'exercer

"Elle demande le remboursement intégral de la somme, estimant qu'elle a payé à tort depuis trois ans et qu'elle n'aurait pas dû verser cet argent" au motif qu'il a "une interdiction judiciaire de travailler", précise l'un de ses avocats, Me Lionel Béthune de Moro. Pourtant, selon lui, "la caisse de prévoyance a été avisée de la procédure judiciaire dès le départ et elle ne saurait nier avoir été au courant".  

Depuis sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire en 2017, le Dr Péchier est en arrêt maladie précise Me Béthune de Moro, avocat du de l'anesthésiste
Depuis sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire en 2017, le Dr Péchier est en arrêt maladie précise Me Béthune de Moro, avocat du de l'anesthésiste © Maxppp - Guillaume Georges

De plus, selon la défense, le Dr Péchier est en arrêt maladie parce qu'il n'exerce plus son activité pour des raisons judiciaires mais aussi médicales. "L'assurance maladie n'a jamais contesté son arrêt maladie prolongé pour retentissement psychologique" affirme Me Béthune de Moro.

"J'aimerais savoir dans quelles conditions M. Péchier s'est vu déclarer inapte par un médecin alors qu'il a demandé à plusieurs reprises à pouvoir retravailler", s'interroge de son côté Me Berna, avocat de plusieurs familles de victimes. Pendant l'épidémie de coronavirus, l'anesthésiste avait en effet demandé le droit d'exercer en tant que régulateur téléphonique, une demande rejetée par la juge d'instruction.

Me Fréderic BERNA, avocat des parties civiles dans l'affaire Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour empoisonnements
Me Fréderic BERNA, avocat des parties civiles dans l'affaire Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour empoisonnements © Maxppp - Franck Lallemand
Choix de la station

À venir dansDanssecondess