Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

A Valenciennes, 500 personnes défilent en soutien à Manu, le gilet jaune blessé à l’œil

-
Par , , France Bleu Nord

500 personnes ont participé ce samedi après-midi à la marche de soutien à Manu, le gilet jaune de Valenciennes (Nord) blessé à l’œil le 16 novembre à Paris lors de la manifestation pour le 1er anniversaire du mouvement.

Manu (au centre) aux cotés de sa compagne Séverine et Jérôme Rodrigues (à gauche) en tête du cortège à Valenciennes
Manu (au centre) aux cotés de sa compagne Séverine et Jérôme Rodrigues (à gauche) en tête du cortège à Valenciennes © Radio France - Hortense Crépin

Valenciennes, France

Plus de 500 personnes ont marché ce samedi après-midi à Valenciennes (Nord) en soutien à Manu, ce gilet jaune de 41 ans grièvement blessé à l’œil le 16 novembre à Paris lors de la manifestation pour le 1er anniversaire du mouvement.

Applaudi à son arrivée, Manu a pris la tête du cortège pour ce défilé qui se voulait avant-tout pacifique et en hommage à toutes les victimes.

Des manifestantes en soutien à Manu à Valenciennes - Radio France
Des manifestantes en soutien à Manu à Valenciennes © Radio France - Hortense Crépin

Jérôme Rodrigues, figure du mouvement et lui-même éborgné lors d'une manifestation a pris part à la mobilisation.

Des enquêtes sont en cours pour déterminer les circonstances dans lesquelles Manu a reçu le projectile qui l'a éborgné samedi dernier.

Ce vendredi, le parquet de Paris a annoncé saisir un juge d'instruction pour mener l'enquête. Une information judiciaire est ouverte pour "violences volontaires par une personne dépositaire de l'autorité publique suivies de mutilation ou infirmité permanente". Les faits sont donc considérés comme une infraction criminelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu