Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

5.000 euros d'amende requis contre Cédric Herrou, poursuivi en justice par le préfet

-
Par , , France Bleu Azur, France Bleu

Une amende de 5.000 euros a été requise par le représentant du ministère public lundi devant le tribunal correctionnel de Nice à l'encontre de Cédric Herrou. L'agriculteur militant de la vallée de la Roya, défenseur des migrants, accusé par le préfet des Alpes-Maritimes d'injure publique.

Cédric Herrou comparaissait devant le tribunal correctionnel de Nice ce lundi
Cédric Herrou comparaissait devant le tribunal correctionnel de Nice ce lundi © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Le représentant de l'État dans les Alpes-Maritimes, Georges-François Leclerc, avait fait le déplacement à l'audience, sur le banc des parties civiles. Le préfet n'avait pas apprécié en juin dernier cette phrase postée par Cédric Herrou sur Facebook : "Peut-être le préfet des Alpes-Maritimes pourrait s’inspirer des accords avec la SNCF pendant la deuxième guerre pour le transport des juifs pour gérer le transport des demandeurs d’asile…" Ces propos avaient été tenus alors que Cédric Herrou avait été empêché de monter dans un train avec 90 migrants à Breil-sur-Roya pour rejoindre Nice afin d'y déposer une demande d'asile.

Georges-François Leclerc s'est présenté accompagné de cadres de la préfecture à l'audience, le préfet de région Pierre Dartout a également fait le déplacement. Le requérant a fait lire un communiqué par l'intermédiaire de son avocat : "Si j'ai déposé plainte, c'est pour l'honneur des policiers et des gendarmes et pour la mémoire des victimes de la Shoah car il est des assimilations insupportables". 

Du côté de la défense, Cédric Herrou assure avoir voulu "alerter" et non "insulter". Il était accompagné de dizaines de soutiens au tribunal. "Il est parfois nécessaire de comparer ce qui n’est pas comparable, ne serait-ce que pour faire bouger les consciences", ont justifié ses avocats dans leur plaidoirie. 

Le tribunal correctionnel a mis son jugement en délibéré au 13 décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu