Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Six mois de prison avec sursis pour un Montpelliérain qui se baladait ivre, la nuit de noël, avec des armes factices

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu
Montpellier, France

Un homme qui se promenait avec un faux fusil d’assaut et un faux poignard à deux heures du matin dans le quartier Alco à Montpellier a été condamné ce mardi après-midi à six mois de prison avec sursis.

-

Six mois de prison avec sursis pour un homme qui a provoqué une belle frayeur dans le quartier Alco à Montpellier la nuit de noël. Les passants ont aperçu un homme qui déambulait dans les rues avec ce qui ressemblait à un fusil d'assaut et un poignard. Forcément dans le contexte actuel des attentats, ils ont rapidement contacté la police. Il s'agissait finalement d'armes factices.

L'homme qui portait ces fausses armes passait en comparution immédiate au Tribunal correctionnel de Montpellier ce mardi. Il a une trentaine d'année, la tête rasée et la carrure imposante. Et pour cause, c'est un ancien légionnaire, d'origine tchèque.

Peut-être avait-il la nostalgie de son pays en cette nuit de noël, mais en tout cas il a bu plus que de raison. A tel point qu'à deux heures du matin, il est sorti dans la rue, avec son faux fusil d'assaut et son faux poignard, et il a entamé une sorte de parodie de patrouille militaire... 

Il devait avoir l'air crédible puisqu'il a pu s'exercer pendant son service - réel cette fois - dans la légion étrangère. Il a même participé à l'opération sentinelle, déployée en France depuis janvier 2015 pour faire face au risque terroriste. Sauf que là, il est deux heures du matin, il est ivre mort et il inquiète les gens qui l'aperçoivent. 

La police a pris le signalement très au sérieux. Les policiers ont dû déployer de gros moyen pour l'interpeller. L'homme avait un casier judiciaire vierge, il écope de six mois de prison avec sursis pour cette fausse alerte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess