Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

6 mois de prison ferme pour un sponsor de l'équipe de rugby, alcoolisé

mardi 29 décembre 2015 à 6:18 Par Florence Gotschaux, France Bleu Drôme Ardèche

Un maçon de Saint-Jean en Royans, dans la Drôme s'est montré particulièrement agité et énervé lorsque le 13 décembre, il lui a été demandé de quitter la soirée de l'équipe de rugby. Les gendarmes eux-mêmes ont eu le plus grand mal à l'interpeller. Il était jugé ce lundi au tribunal de Valence.

Palais de justice de Valence
Palais de justice de Valence © Radio France - Charlotte Coutard

Saint-Jean-en-Royans, France

Un maçon de Saint-Jean-en-Royans a été condamné à 6 mois de prison ferme et obligations de soins ce lundi, par le tribunal correctionnel de Valence. Le 13 décembre dernier, cet Angolais de 33 ans avait participé, ivre, à une soirée du club de rugby avant que la situation dégénère.

Ce dimanche, ce trentenaire, sponsor de l'équipe de rugby assiste au match avant de rentrer chez lui. Il ressort ensuite acheter des cigarettes et manger un morceau au kebab. En rentrant, il passe devant un bar, où l'équipe de rugby fête sa victoire. Le maçon discute un moment avec un des rugbyman. Il est déjà alcoolisé, mais rentre prendre un verre... sans payer. Au deuxième, les joueurs lui demandent de mettre de l'argent dans le pot commun... et c'est là que le ton monte. "Je me suis senti humilié, j'avais l'impression d'être le petit Africain au milieu de ces Blancs", raconte le prévenu, encore très énervé à la barre, ce lundi. Très excité... à tel point que la présidente du tribunal, (dont il ne cesse de couper la parole), menace de le faire sortir de la salle.

Le "taser" pour le maîtriser

Il montre autant de fougue ce 13 décembre, à l'arrivée des gendarmes qui à deux n'arrivent pas à le maîtriser. Il faut du renfort et le recours au taser pour que l'homme monte dans le fourgon de la gendarmerie, toujours en insultant et en outrageant les militaires.

Pourtant ce jeune père de famille est connu comme un homme travailleur dans le village.  Autant d'éléments dont tient compte le tribunal en le condamnant à 6 mois de prison dont trois avec sursis, et à la révocation de 3 mois de sursis d'une peine précédente. 6 mois ferme donc, mais une peine aménageable, avec obligation de soins, de travail, et interdiction de fréquenter des débits de boissons. 

Il devrai aussi verser 200 euros à chacun des trois gendarmes qu'il a outragés et violentés (pour l'un d'eux) pour le préjudice moral.