Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Six mois de prison ferme requis à l'encontre d'un policier des Lilas jugé pour violences

lundi 20 novembre 2017 à 19:30 - Mis à jour le lundi 20 novembre 2017 à 19:36 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Après la diffusion en mai d'une vidéo montrant un policier frapper un homme à terre, aux Lilas, en Seine-Saint-Denis, deux policiers comparaissaient ce lundi, au tribunal correctionnel de Bobigny, un pour violences, l'autre pour non assistance à personne en danger.

Louise Tort, avocate de la partie civile, en compagnie de son client après l'audience
Louise Tort, avocate de la partie civile, en compagnie de son client après l'audience © Radio France - Rémi Brancato

Bobigny, France

Des peines sévères ont été demandées ce lundi à l'encontre de deux policiers, jugés par le tribunal correctionnel, pour l'un d'eux pour violences, et pour l'autre pour non assistance à personne en danger. Six mois de prison ferme, ainsi que six mois avec sursis et cinq ans d'interdiction d'exercer ont été requis à l'encontre du policier prévenu pour avoir frappé un homme à terre le 27 mai dernier aux Lilas (Seine-Saint-Denis). Six mois de prison avec sursis et six mois d'interdiction d'exercer à l'encontre de son collègue, jugé pour non assistance à personne en danger.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux à l'origine de l'enquête

"J'ai honte pour notre police" a tonné le procureur au début de ses réquisitions, dénonçant un "individu qui agit comme un voyou (...) alors qu'il est censé nous protéger". Il a décrit la "tête [de la partie civile] ballottée comme un ballon de football" sur les vidéos projetées à l'audience et qui avaient été largement relayées sur les réseaux sociaux au mois de mai. On y voit un homme, couché à terre sur un trottoir, frappé à la tête par un policier en tenue.

C'est la publication de ces images qui a alerté le maire des Lilas, qui a ensuite prévenu le commissaire de sa ville, déclenchant la procédure. On y voit un fonctionnaire frapper un homme, à terre, sur un trottoir devant une sandwicherie des Lilas, dans la nuit du 26 au 27 mai, à 2h du matin environ. Suite à leur difussion, les deux fonctionnaires ont été suspendus de leurs fonctions, par le ministère de l'Intérieur. Depuis, le fonctionnaire jugé pour violences est toujours suspendu, l'autre a retrouvé l'uniforme.

"Des menteurs" dénonce la partie civile

Dans leurs premiers rapports, ils n'avaient pas mentionné l'événement. De "peur de perdre votre place?" questionne le procureur. Le jeune policier de 27 ans, jugé pour non assistance à personne en danger acquiesce. "Ce sont des menteurs" dénonce pour sa part Louise Tort, l'avocate de la partie civile. "Ils n'ont reconnu qu'une fois la main dans le sac" ajoute-t-elle.

"J'avais perdu les pédales" s'est expliqué le policier de 32 ans jugé pour violences, "à ce moment-là, mes émotions avaient pris le dessus", assurant que l'homme qu'il a frappé, ivre, avait tenté d'uriner sur son véhicule et qu'il lui avait "craché dans la bouche", ce que dément l'intéressé. "Je tiens à m'excuser auprès de la victime" finira-t-il par lâcher en toute fin d'audience.

Jugement le 18 décembre

A la barre, son avocate avait demandé au tribunal de "s'extraire de la très grande médiatisation des faits" pour juger et dénoncé des réquisitions "disproportionnées". En demandant cinq ans d'interdiction d'exercer à l'encontre de son client, le procureur, lui, avait glissé espérer "que son administration saurait lui montrer la porte de sortie". Le jugement sera rendu le 18 décembre.