Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

De la prison avec sursis requise contre le chasseur de Saint-Etienne-des-Sorts soupçonné de cruauté sur le chien Rocky

mercredi 14 février 2018 à 20:02 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Six mois de prison avec sursis requis ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Nîmes contre un chasseur de Saint-Etienne-des-Sorts. Le sexagénaire répondait d'acte de cruauté sur Rocky, le chien de son voisin, qu'il avait tiré sur plusieurs centaines de mètres attaché à son véhicule.

Les propriètaires de Rocky autour de Maître Isabelle Terrin.
Les propriètaires de Rocky autour de Maître Isabelle Terrin. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Six mois de prison avec sursis et l'interdiction définitive de posséder un animal. C'est la peine requise, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour le chasseur de Saint-Etienne-des-Sorts. Le sexagénaire répondait d'acte de cruauté sur Rocky le chien de son voisin. En décembre dernier, il a attaché l'animal à la boule de son 4/4 et l'a tiré sur au moins 500 Mètres lui occasionnant de très graves blessures. Le tribunal a mis sa décision en délibéré jusqu'au 28 Février.

J'aime les chiens et ne pourrais pas leur faire du mal. Quand je l'ai déposé chez son propriétaire, il était sur ses pattes.

Christian, est honorablement connu dans son village du Gard Rodhanien. Il affronte bravement le tribunal. Sans casier, sans trouble psychologique. Il résiste à la pression des parties civiles, sûres qu'il ment et le harcèlent de questions. Pour ramener le chien Rocky qui divaguait, il l'a attaché Rocky à son pick-up avec l'intention de lui faire mal.

Cinq parties civiles le passent sur le grill et un ministère public porte le dernier coup

Pour le ministère public, Christian a menti. Pourquoi ne pas simplement ramener à pied chez son maître l'animal ? Pourquoi le traîner comme un paquet derrière une voiture. Silence, malaise, tête baissée. Les explications de Christian ont été bien confuses. Il requiert six mois  avec sursis et l'interdiction définitive de posséder un animal.

Honte à ceux, parties civiles et réseaux sociaux, qui condamnent sans connaître le dossier.

Pour le conseil des propriétaires de Rocky, les actes de cruauté sont avérés. Six mois avec sursis semblent la bonne peine. Maître Isabelle Terrin réclame 5.000 euros de dommages et intérêts. Colère du défenseur de Christian, Maître Carmélo Vialette a fustigé dans sa plaidoirie des parties civiles qui condamnent avant que le dossier ne soit jugé.  Dans la procédure, il relève des témoignages de voisin qui confirment avoir vu le chasseur  raccompagner le chien sur ses pattes devant le domicile de son maître. Il a réclamé la relaxe. Décision le 28 février.