Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

69 oiseaux saisis au "Bois des aigles" : les propriétaires du parc veulent une solution rapide

Les propriétaires du parc "Le bois des aigles" à Bâlines, dans le sud de l'Eure, lancent un cri d'alarme. 69 oiseaux du parc animalier ont été saisis en janvier 2018 lors d'une perquisition. Depuis deux ans, l'enquête est toujours en cours. La survie du parc ne tient plus qu'à un fil.

69 oiseaux ont été saisis lors d'une perquisition le 29 janvier 2018. Depuis, une enquête est toujours en cours (Photo d'archives)
69 oiseaux ont été saisis lors d'une perquisition le 29 janvier 2018. Depuis, une enquête est toujours en cours (Photo d'archives) © Radio France - Laurent Philippot

Ce lundi matin de fin janvier 2018, Joël et Corinne Gratz, propriétaires du parc du Bois des aigles, à Bâlines (Eure), ne comprennent pas trop ce qui leur arrive. Environ 45 gendarmes et agents de l'office national de la biodiversité (ex-Office national de la chasse et de la faune sauvage) débarquent au "Bois des Aigles" pour une perquisition. 69 oiseaux sont saisis. Sauf que depuis, l'enquête est toujours en cours et les oiseaux, toujours pas revenus. Une situation qui a des conséquences pour le parc.

"Cette perquisition s'inscrit dans le cadre d'une enquête pour suspicion de trafic d'animaux", croit savoir Marc François, l'avocat du couple. Certains volatiles n'étaient pas en règle. Les propriétaires du parc, au courant de la situation lors de leur achat du parc, avaient prévu d'y remettre de l'ordre. Ils avaient notamment embauché, le 15 février 2018, un capacitaire, Sébastien Muller, pour effectuer toutes les démarches administratives

Le capacitaire confirme : "C'était ni fait ni à faire, il y avait des animaux qui portaient des identifications qu'ils ne devaient pas porter", se souvient-il. Mais Sébastien Muller s'interroge, "est-ce que ça méritait une saisie du jour au lendemain, sans mise en demeure au préalable ?"

Une saisie, avec dépossession d'une telle ampleur, c'est la première fois que ça arrive en France, selon Sébastien Muller. Régulariser les oiseaux et leur situation administrative devient dès lors très compliqué "parce qu'un certain nombre de documents a été saisi, or ces documents sont indispensables à la bonne tenue des registres et à la recherche de documents d'identité pour chacun des oiseaux présents sur le parc", poursuit Marc François. 

Il est très urgent de trouver une solution - Marc François, avocat du parc

"Il faut que l'enquête soit close rapidement" estime Marc François, l'avocat du "Bois des aigles"

Dix oiseaux sur les 69 saisis seraient en situation irrégulière. Me Marc François s'étonne donc de la saisie d'oiseaux en règle,"notamment des spécimens qui avaient été prêtés par d'autres parcs animaliers au Bois des aigles"

En effet, chaque animal doit être détenteur d'un CIC, un certificat intra-communautaire - sorte de carte d'identité qui résume le sexe de l'animal, sa date de naissance et son pays d'origine - et répondre aux critères de la convention de Washington sur le commerce international des espèces sauvages

"Les services d'enquête et les services administratifs travaillent avec nous pour essayer de trouver des solutions pour chacun des spécimens", explique Me Marc François. Près d'une quinzaine de rendez-vous ont eu lieu entre l'avocat et la préfecture de l'Eure, le parquet d'Évreux et la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) pour sortir de cet imbroglio animalo-juridico-administratif. 

Le parc ne rouvrira pas pour la saison touristique

Du fait des saisies, l'activité économique du parc est en baisse, puisque moins d'oiseaux peuvent être présentés au public. D'autant que Joël Gratz, le propriétaire, soucieux du bien-être animal, refuse de faire travailler les oiseaux qui participent au spectacle quotidien plus que d'habitude. 

C'est la mort dans l'âme que Joël Gratz prend cette décision : "Pour février, le parc du "Bois des aigles" ne peut pas rouvrir", confirme le capacitaire du parc Sébastien Muller. 

"Je suis très peiné de dire à mes clients, non, on n'ouvre pas" - Sébastien Muller, capacitaire du Bois des Aigles

L'avenir des salariés est également compromis, alors que depuis son rachat en 2014 par le couple Gratz, la fréquentation du parc animalier du "Bois des aigles" a été multipliée par dix. 35 000 visiteurs ont été accueillis en 2019. C'est d'ailleurs la deuxième destination touristique du sud du département de l'Eure, derrière Center Parcs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu