Faits divers – Justice

70 policiers en colère devant le palais de justice du Mans

Par Julien Jean, France Bleu Maine mercredi 14 octobre 2015 à 15:51 Mis à jour le mercredi 14 octobre 2015 à 15:53

70 policiers du Mans rassemblés devant la la cité judiciaire
70 policiers du Mans rassemblés devant la la cité judiciaire © Radio France - Julien JEAN

70 policiers ont manifesté devant la Cité judiciaire au Mans pour réclamer le soutien de la Chancellerie et du Ministre de l'intérieur, après qu'un de leurs collègue a été gravement blessé en Seine-Saint-Denis par un détenu en cavale.

"C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase" : suite à l'agression d'un de leurs collègues en Seine-Saint-Denis, grièvement blessé par balle par un malfaiteur en cavale, les Policiers se sont mobilisés ce mercredi partout en France. Ils étaient 7 500 rassemblés Place Vendôme à Paris devant le ministère de la justice. Rassemblement aussi de 70 policiers au Mans devant la Cité judiciaire.

Il y en a marre. Nous ne sommes pas payés pour nous faire tirer dessus par des voyous en permission.

L'exaspération est grande au commissariat du Mans. "Nous sommes tous solidaires de notre collègue, Yann qui s'est fait tiré dessus" explique Jean-François Duchesne, secrétaire départemental du syndicat FPIP (ndlr : majoritaire au Mans) et policier manceau depuis 21 ans. "Quand vous voyez que c'est un individu qui aurait dû être en prison, il y en a marre. Nous ce qu'on veut aujourd'hui c'est une réponse pénale par rapport à la police". Et il dénonce un manque de considération : "il y quand même eu un certain nombre de suicides (ndlr : une quarantaine en 2014 selon le SCSI, le Syndicat des Cadres de la Sécurité Interieure). Alors on a des beaux discours, on a le président de la République qui est venu au Mans au mois de juin, le ministre de l'intérieur qui a dit cette semaine qu'il nous soutenait. Mais ça, c'est des paroles. Nous, on veut des actes !" 

Jean-François Duchesne, secrétaire départemental de la FPIP

Quand les gens appellent au commissariat, on a plus les moyens de leur répondre.

Les policiers manceaux réclament également plus de moyens. _"On en a raz le bol". Les voitures sont en mauvais état, les équipements vieillissants et les effectifs insuffisant. Actuellement, le commissariat du Mans dispose de 256 fonctionnaires. "Il en faudrait 30 de plus" estime Jean-Benoit Gelineau, secrétaire départemental d'Alliance - Police Nationale. "Le dimanche matin, il n'y a que de 2 patrouilles pour 180 000 habitants. Ce n'est pas normal" ajoute Jean-François Duchesne : "les gens appellent, et on ne peut pas leur répondre"_. 

Jean-François Duchesne, secrétaire de la FPIP en Sarthe - Radio France
Jean-François Duchesne, secrétaire de la FPIP en Sarthe © Radio France - Julien JEAN

En Sarthe, la situation est particulièrement tendue depuis l'ouverture de la nouvelle maison d'arrêt des Croisettes à Coulaines. Lorsque les détenus sont malades, ils vont à l'hôpital et sont gardés par les policiers. "Avant, à l'époque de l'ancienne maison d'arrêt, cela représentait 800 heures par an. En 2013 (dernières statistiques disponibles), on est arrivé à 4 200 heures, sans effectif supplémentaire" expliquent les responsables syndicaux. "On se sent un peu abandonnés. L'Etat doit réagir".  

Jean-Benoit Gelineau, secrétaire d'Alliance Police Nationale en Sarthe