Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

70 salariés au chômage technique après un incendie dans une menuiserie industrielle à Bonneuil-Matours

mardi 24 juillet 2018 à 10:54 Par William Giraud et Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

L'incendie est survenu vers 6h15 ce matin. Il a mobilisé 80 pompiers, 25 véhicules. Le sinistre est à présent maîtrisé mais il a détruit l'un des principaux ateliers de la société SCA, celui ou est raboté le bois brut avant d'être transformé en parquets, poutre, lambris.

Les salariés constatent les dégâts.
Les salariés constatent les dégâts. - Baudouin Calenge

Bonneuil-Matours, France

L'intervention rapide des pompiers a permis de circonscrire le sinistre à cet atelier de rabotage et éviter la propagation aux autres ateliers. Pour l'instant les 60 salariés en CDI et la trentaine d'intérimaires qui sont employés sur le site ont été appelés à repartir chez eux. Le directeur général des deux usines française de ce groupe suédois (la seconde est à Rochefort) espère une reprise partielle de l'activité dans les prochaines

C'est le cœur de l'usine qui est touché 

Certes l'intervention rapide des pompiers a permis de circonscrire le sinistre aux deux lignes de rabotage et éviter la propagation aux autres ateliers. Mais sans ces lignes, les 60 salariés vont sans doute travailler au ralenti. L'entreprise possède une autre ligne de rabotage à Rochefort mais celle ci tourne déjà à plein régime. Elle compte aussi faire appel à ses sous traitant pour l'épauler d'autant que l'entreprise est en plein essor. 

Un investissement de plusieurs millions d'euros nécessaire

Reste la question centrale :l'entreprise va-t-elle réinvestir rapidement à Bonneuil-Matours pour y installer de nouvelles chaînes de rabotage. "Il est question de plusieurs millions d'euros", glisse le directeur général Benjamin Bodet. Selon un des salariés, c'est de l'ordre de deux millions par chaine sans compter les frais "annexes". Des outils de production qui sont de surcroit fabriqués sur commande. De nombreux mois d'attente sans doute.