Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Huit minutes de silence pour les victimes de la rue d'Aubagne ce mercredi matin

mardi 4 décembre 2018 à 18:15 Par David Aussillou, France Bleu Provence

Il y a un mois, deux immeubles du quartier Noailles s'écroulaient à Marseille. Le collectif du 5 novembre rend hommage ce mercredi matin aux huit victimes. La ville n'a toujours organisé de cérémonie officielle.

La rue d'Aubagne reste en partie fermée un mois après la catastrophe
La rue d'Aubagne reste en partie fermée un mois après la catastrophe © Radio France - David Aussillou

Marseille, France

C'était un lundi. Il était 9h05. Deux immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille s'écroulaient subitement. Un mois après, jour pour jour, une cérémonie est organisée à quelques mètres du lieu de la catastrophe. Le collectif du 5 novembre appelle les Marseillais à observer à 9h05 ce mercredi huit minutes de silence. "Nous n'oublierons pas, nous ne pardonnerons pas, nous ne lâcherons pas", peut-on lire sur la page Facebook de ces bénévoles.  

Un brassard noir pour le deuil citoyen

Le collectif déplore que la municipalité n'a toujours rendu un hommage officiel pour les victimes. "Le symbolique est important, explique Nassera Ben Marnia, membre du collectif.  Une cérémonie permettrait de prendre acte officiellement qu'il y a eu des victimes. Les familles pourraient plus facilement faire le deuil". Les bénévoles du collectif demandent également de porter ce mercredi un brassard noir.