Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Huit mois de prison pour un conducteur qui n'avait plus de permis interpellé deux fois dans le même week-end

mardi 31 juillet 2018 à 3:05 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Un trentenaire dont le permis de conduire avait été annulé, a été interpellé samedi au Pouliguen au volant d'un camion. Alors que dimanche la procureure de permanence l'a laissé en liberté, le maçon a de nouveau été arrêté au volant, le soir-même. Jugé en comparution immédiate, il a été incarcéré.

Le prévenu a été interpellé samedi puis dimanche au volant d'un camion
Le prévenu a été interpellé samedi puis dimanche au volant d'un camion © Maxppp -

Loire-Atlantique, France

Âgé de 37 ans, le prévenu, un maçon originaire de Rouans, propre sur lui et s'exprimant bien, a déjà été condamné à plusieurs reprises pour conduite en état d'ivresse et refus d'obtempérer; il a déjà connu la prison. Ce lundi, il est jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire. 

Condamné à huit mois de prison ferme

Samedi dernier, alors qu'il se rend en camion au Pouliguen chez des amis boire un verre, il aperçoit un contrôle de police. Il n'a plus de permis depuis une annulation,  il a bu une bière et tente de s'échapper à pied. Rattrapé par les forces de l'ordre, il est présenté à la procureure de permanence dimanche au tribunal de Saint-Nazaire.

Après une longue réflexion et beaucoup de mises en garde, la magistrate décide de lui faire confiance, notamment parce que le trentenaire est inséré, travaille en CDI. "Il avait la larme à l’œil,  je lui ai rappelé les risques qu'il faisait prendre aux autres, j'ai fait preuve d'une grande clémence, à la limite du danger" déclare la juge dans son réquisitoire. "Quand j'ai appris dimanche soir, qu'il avait à nouveau été interpellé, ma déception a laissé la place à la colère" poursuit la magistrate qui dénonce "un acharnement du prévenu dans la délinquance routière". L'avocate du trentenaire parle d'une erreur et estime qu'il s'est calmé par rapport à des faits antérieurs. Condamné à huit mois d'emprisonnement, il a été incarcéré dès la fin de l'audience pour empêcher toute réitération des faits.