Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Huit mois de sursis probatoire requis contre l'ancien Toulousain Bastien Chalureau, pour insulte raciale

-
Par , France Bleu Occitanie

L'ancien deuxième ligne du Stade Toulousain Bastien Chalureau comparaissait ce mardi 20 octobre devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour "violences en raison de la race". Le jugement sera connu le 3 novembre prochain.

Bastien Chalureau, ancien joueur du Stade Toulousain.
Bastien Chalureau, ancien joueur du Stade Toulousain. © Maxppp - MICHEL CLEMENTZ

Bastien Chalureau, l'ancien joueur du Stade Toulousain de 26 ans, était convoqué ce mardi 20 octobre devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour "violences en raison de la race" envers deux personnes, dans la nuit du 30 au 31 janvier à Toulouse. La décision a été mise en délibérée à la date du 3 novembre. 8 mois de sursis probatoire ont été requis contre lui. Suite à ces accusations, le joueur avait été mis à pied par le club. La décision de ce jugement a été mise en délibéré au 3 novembre prochain. 

Bastien Chalureau nie les insultes racistes

Parmi les victimes, l'ex-rugbyman Yannick Larguet qui s'est vu délivrer quatre jours d'ITT (Incapacité Totale de Travail) après plusieurs coups portés au visage. Les faits remontent à la nuit du 30 au 31 janvier 2020 après une soirée arrosée dans le centre ville de Toulouse. Une bagarre éclate. 

Bastien Chalureau a reconnu depuis les violences mais nie avoir été motivé par une considération raciale. Selon son avocat, Maître Antoine Tugas, les deux personnes qui accompagnaient Bastien Chalureau ce soir là ont fait savoir en audience qu'ils n'avaient pas entendu ce type d'insulte lors de l'altercation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess