Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A 80 et 77 ans, ils vivent illégalement dans leur maison depuis 26 ans

dimanche 23 août 2015 à 19:49 Par Jean Saint-Marc, France Bleu Breizh Izel

Robert et Anne Prigent risquent d'être expulsés de leur maison, saisie en 1981 après le licenciement de Robert Prigent de Total. Il a toujours dénoncé ce licenciement en justice. Aujourd'hui ils refusent de quitter leur pavillon, dont l'électricité a été coupée le 31 juillet.

Les époux Prigent devant leur maison à Trédarzec (Côtes-d'Armor)
Les époux Prigent devant leur maison à Trédarzec (Côtes-d'Armor) © Jean Saint-Marc / Radio France

En 1981, Robert Prigent est licencié de son entreprise, Total. Mais le capitaine au long cours dénonce immédiatement ce licenciement devant les prud'hommes. Selon lui, il a été licencié car il posait trop de questions sur la sécurité à bord des pétroliers .

Le couple a alors d'importantes difficultés financières . Et leur maison, à Trédarzec dans les Côtes-d'Armor, est saisie par la justice... Puis vendue.

Plus de 100 recours en justice !

Mais Robert Prigent multiplie les procédures, pendant des années. Il a fait dit-il plus de 100 recours en justice ! Alors la situation est longtemps restée bloquée . Mais les choses viennent de s'accélerer.

Le couple est convoqué devant la justice le 10 septembre... Et le 31 juillet des agents d'EDF sont venus, avec des gendarmes, pour couper l'électricité . Depuis le couple vit dans le noir, et dans des conditions très difficiles. Ecoutez le témoignage d'Anne Prigent :

expulsion prigent SON ok

"Le matin quand il pleut et que tout est gris, c'est très difficile. On se cogne partout quand on descend au sous-sol. Et c'est très mauvais pour le moral"

Mais malgré ces conditions de vie, pas question pour eux de quitter leur domicile : "on est partis d'un champ, on a construit cette maison ! C'est la sueur de mon mari, c'est son travail. .. Tout ça volé par un salaud ! ça fait mal" nous dit Anne Prigent.

Une solution de relogement leur a été proposée, mais ils n'en veulent pas. Robert Prigent :

"Je l'ai dit à la sous-préfète ! Il faudrait me fusiller pour que je quitte cette maison !"

Ce qu'il veut c'est un nouveau jugement sur le fond ... Sur son licenciement. C'est ce qu'il plaidera le 10 septembre devant le tribunal de Guingamp. 

Le nouveau propriétaire de la maison, de son côté, n'a pas répondu à nos nombreux appels téléphoniques.

Un meuble entier est consacré aux dossiers devant les prud'hommes (saisis 10 fois par Robert Prigent) - Radio France
Un meuble entier est consacré aux dossiers devant les prud'hommes (saisis 10 fois par Robert Prigent) © Radio France