Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

80 militants antifascistes réunis à Avallon contre un groupuscule d'extrême-droite

samedi 30 juin 2018 à 21:03 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

Ils étaient une petite centaine, ce samedi 30 juin, pour protester contre la tenue de l'université d'été du groupe extrémiste Bastion Social, censé se tenir ce week-end près d'Avallon.

Les manifestants ont tracté place du marché à Avallon
Les manifestants ont tracté place du marché à Avallon © Radio France - Lisa Guyenne

Avallon, France

"Nous ne laisserons pas Avallon, ni le Morvan, devenir un point de convergence des groupuscules d'extrême-droite", clame un homme au mégaphone.

Dans le cortège, place du marché, des politiques, des syndicats de gauche mais aussi des indépendants, comme Roger, venu de Dijon : "Ce sont des gens affiliés au GUD (Groupe Union Défense), d'Action française, de Génération identitaire. Ce sont ouvertement des fascistes, et nous voulons les combattre, faire front contre ça", explique-t-il. 

Le Bastion Social, c'est ce groupe, dont deux membres ont été condamnés cette semaine à de la prison ferme, pour des violences à Marseille. Un groupe censé, donc, poser ses valises pour le week-end à Pontaubert, tout près d'Avallon.

Le Bastion Social introuvable ?

Sauf que finalement, nulle trace du Bastion Social, ni à Pontaubert, ni près d'Avallon : ses membres auraient changé de lieu à la dernière minute pour éviter d'être repérés. En fait, ils ne seraient même pas dans l'Yonne, affirme Abdelmajid Tkoub, le sous-préfet d'Avallon : "Nous n'avons pas d'information dans ce sens. Aucun rassemblement n'a été ni prévu, ni annoncé, ni déclaré."

Une information confirmée par les gendarmes de l'Yonne, mais aussi ceux de la Nièvre, car des rumeurs affirmaient que le groupuscule se serait réfugié dans le département voisin. Ce qui est sûr, c'est que 100 gendarmes ont été déployés au centre d'Avallon, ce samedi, pour éviter tout éventuel débordement. La manifestation s'est terminée dans le calme, sans interpellation.