Faits divers – Justice

90 millions d'euros d'amende et la démolition du château Diter requis par le parquet de Grasse

Par Lila Lefebvre, France Bleu Azur et France Bleu jeudi 20 avril 2017 à 19:45 Mis à jour le jeudi 20 avril 2017 à 20:44

Le palais à l'italienne de plus de 1000 mètres carrés comprend plusieurs piscines, et même deux héliports.
Le palais à l'italienne de plus de 1000 mètres carrés comprend plusieurs piscines, et même deux héliports. © Maxppp - Gilles Traverso

Le parquet de Grasse a requis une amende record et demande la destruction dans un délai de neuf mois de ce palais à l'italienne construit sur les hauteurs de Saint-Jacques de Grasse. Depuis 2000, son riche propriétaire y a effectué des travaux pharaoniques, en partie sans autorisations.

À l'origine, le château Diter est un mas de 200 mètres carrés, plutôt modeste, sur les hauteur du pays grassois à Saint-Jacques de Grasse. Il y a 16 ans, un riche marchand de biens, Patrick Diter, le rachète et décide d'y réaliser tous ses rêves.

Il y fait construire un magnifique palais toscan, un château inspiré de la Renaissance italienne de plus de 1000 mètres carrés de surface habitable. Avec deux héliports, plusieurs piscines, des terrasses et même un cloître, sans oublier les 35 hectares de jardins et de vignes.

La demeure extravagante est aujourd'hui en vente. Une vidéo est même consultable sur internet (ci-dessous).

Mais voilà, Patrick Diter n'a pas de permis de construire en règle pour de tels travaux. L'affaire n'éclate qu'à l'été 2005, quand un de ses ouvriers heurte avec un engin de chantier le mur de la voisine. La mairie de Saint-Jacques découvre alors l'étendue du chantier sur sa propriété.

Patrick Diter est bien incapable de fournir les autorisations de construction. À l'automne 2005, la mairie dresse deux procès verbaux d'infraction et ordonne l'arrêt provisoire des travaux. Mais en 2006, coup de théâtre. La commune fournit a posteriori des autorisations pour les 1000 mètres carrés du palais, accordées pour des travaux d’agrandissement de bâtiments déjà existants, seuls permis délivrés dans cette zone.

L'affaire a été examinée par le tribunal correctionnel de Grasse ce jeudi. Le parquet a requis une amende record de 90 millions d'euros et la démolition du château.

Un permis de construire déjà annulé en 2012

En 2012, la cour d'appel de Marseille avait annulé un autre permis de construire délivré par la commune en 2008 après une levée de boucliers des voisins de Patrick Diter.