Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Albertville, la SNCF s'engage pour une surveillance permanente du passage à niveau où un enfant est mort

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Réunion de crise ce mardi après-midi entre la SNCF et les habitants traumatisés d'un quartier d'Albertville (Savoie). Les familles disent avoir été "entendues et comprises".

Passage à niveau en chantier à Albertville
Passage à niveau en chantier à Albertville © Radio France - Anabelle Galotti

Albertville, France

Ils ont été "entendus" par la SNCF, les habitants du quartier de la plaine de Conflans à Albertville. Après le drame du passage à niveau en chantier - dimanche 13 octobre, un enfant de 12 ans est mort percuté par un train - des représentants des familles du quartier ont rencontré ce mardi après-midi le directeur de la communication SNCF Réseau Auvergne Rhône Alpes de la SNCF en charge de la sécurité des passages à niveau et une responsable des TER à la SNCF. La réunion, en présence du maire, a duré une heure et demi. Trois mamans, représentantes des familles du quartier, sont ressorties satisfaites. 

La SNCF reconnaît ses erreurs

Contrairement à ce qu'elle pensait, la SNCF a découvert que la société de surveillance n'assurait pas une permanence sur le chantier depuis le drame. C'est chose faite depuis ce mardi soir, et jusqu'à la fin des travaux à la mi décembre, sur les cinq kilomètres de voie ferrée. Il y aura sur la zone de chantier un vigile à partir de 16 h 30 et ce jusqu'au lendemain 8 heures. Plus des rondes au moment des passages des trains. 

Gaelle Viretto, l'une des mamans impliquées, n'avait pas hésité à bloquer les voies ferrées après le drame pour se faire entendre, après le décès du jeune Marwan. "La rencontre s'est très bien passée. La SNCF a présenté ses excuses. Et elle s'est engagée à une vraie surveillance. Le directeur a admis que nous avions raison quand nous disions que le chantier restait sans surveillance. Il y a eu un problème avec la société de gardiennage. À partir de ce mardi, cela devient une réalité."

Pas de soulagement, juste une légitime écoute et reconnaissance

Autre satisfaction : la SNCF va faire le tour des écoles du secteur pour sensibiliser les jeunes aux dangers du passage à niveau."Les enfants ne se rendent pas compte des dangers, ils n'ont pas la même perception que les adultes", explique Gaëlle. "On a par ailleurs montré des photos et des témoignages qui prouvent que même des adultes traversent les voies à cet endroit. Alors il ne faut pas jeter la pierre aux enfants ou aux parents qui ne surveilleraient pas assez leurs enfants, comme j'ai pu le lire sur les réseaux sociaux." 

"Il a fallu qu'il y ait un drame pour qu'on nous entende" - Gaëlle, une maman

Ensuite, des études seront faites pour sécuriser encore plus la zone qui compte deux passages à niveau. "Avant ou après les travaux, ça reste dangereux." Une entrevue est prévue sur site avec la mairie pour également, peut-être, trouver des solutions à court terme.

La maman explique qu'elle n'est pas pour autant soulagée. "C'est dommage. Il a fallu un drame pour qu'on nous entende. Si la SNCF avait communiqué dès le départ le déroulé des travaux, les détails, on aurait peut-être évité le pire. La SNCF s'est excusée, ils reconnaissent qu'ils se sont trompés." 

Touba ne dit pas autre chose. Cette habitante du quartier a toujours beaucoup de mal à évoquer "le drame d'un enfant du quartier. On n'aura jamais de soulagement. Mais on n'a pas lâché l'affaire. Et on ne lâchera pas ! Ça commence à payer." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu