Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Baillargues, des cartes postales envoyées au rectorat pour protester contre une fermeture de classe

-
Par , France Bleu Hérault

A Baillargues, les parents d'élèves de l'école primaire protestent contre la fermeture d'une classe en envoyant des cartes postales au rectorat.

Ces cartes postales humoristiques atterriront sur le bureau du recteur
Ces cartes postales humoristiques atterriront sur le bureau du recteur © Radio France - Lisa Villy

"A qu'est-ce qu'on est serré au fond de cette classe !". C'est l'un des slogans qui ornent les cartes postales humoristiques envoyées au rectorat par les élèves de l'école primaire de Baillargues (Hérault) pour protester contre une fermeture de classe.

Face à l'absence de réponse du rectorat à leurs précédentes sollicitations, les deux associations de parents d'élèves ont choisi l'humour. L'idée des cartes postales est venue des parents, et c'est d'ailleurs une maman auteure de livres pour enfants qui s'est chargée des graphismes. Depuis 15 jours, les enfants postent donc des cartes. Six cartes différentes sont disponibles sur les pages Facebook des deux associations.

On espère qu'à la réouverture du rectorat, ils reçoivent des cartes de partout. On espère que tout le monde aura joué le jeu. Emiline Ruesca, Présidente du GPE

Pour les deux associations de parents d'élèves qui mènent conjointement cette action, la fermeture d'une classe alors que les effectifs augmentent est incompréhensible. Celle-ci est déjà actée. C'est donc pour la réouverture d'une 17ème classe que les parents d'élèves se battent.

Un effectif à plus de 30 par classe avec les conditions sanitaires actuelles ça nous paraît délicat. Morgane Berger Bidaud de l'AIPE

Respecter les gestes barrières, mais également combler les écarts scolaires creusés par le confinement, la tâche risque d'être complexe pour les enseignants. Par ailleurs, les effectifs de l'école, mais aussi la population du village augmentent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess