Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Besançon, un homme profite d'une manifestation des gilets jaunes pour en "découdre" avec les forces de l'ordre

lundi 3 décembre 2018 à 17:10 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon

Un Franc-comtois de 36 ans a été condamné ce lundi à 10 mois de prison dont 6 avec sursis pour violences volontaires et outrages envers deux gendarmes, près de Besançon, pendant une manifestation des gilets jaunes samedi soir. L'homme voulait "en découdre" avec les CRS.

Un gendarme agressé à Ecole-Valentin lors d'une manifestation des gilets jaunes ce samedi soir
Un gendarme agressé à Ecole-Valentin lors d'une manifestation des gilets jaunes ce samedi soir © Radio France - Emmanuel Claverie

Besançon, France

Un Franc-comtois de 36 ans a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Besançon à 10 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l'épreuve pendant deux ans. L'homme a été reconnu coupable de violences volontaires et outrages envers deux gendarmes à Ecole-Valentin, à la sortie Besançon, samedi soir. Il a profité d'une manifestation des gilets jaunes au rond-point du Mac Do. L'homme était jugé en comparution immédiate. Il a reconnu les faits. Il voulait "en découdre, a t il dit, avec les CRS".

Il frappe un gendarme

Sans emploi depuis 10 ans, suivi en psychiatrie, le prévenu vit chez sa mère à Besançon. Il a expliqué "s'être monté la tête avec tout ce qui se passe à Paris" et parce qu'il avait beaucoup bu. Samedi, il s'est équipé de gants de motard avec coque en dur, car il voulait "en découdre avec les CRS". Sans gilet jaune sur le dos, il s'en est d'abord pris aux automobilistes, puis aux gendarmes, qu'il a tenté de bloquer et qu'il a copieusement insulté. Puis lorsqu'un gendarme tentait de gérer une altercation entre un conducteur et un gilet jaune, l'homme est arrivé en courant et il a donné un coup de poing au militaire. En plus de cela, le prévenu "porte une lame de couteau, 24H/24, pour se protéger", a ajouté le parquet. Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur. L'homme, qui n'avait pas d'avocat, a murmuré "j'accepte, je suis en tort" et s'est excusé auprès des gendarmes.  

Le prévenu placé sous mandat de dépôt

Le prévenu a été condamné à 4 mois de prison ferme et 6 mois avec sursis. Il a l'obligation de se soigner pour l'alcool et les stupéfiants, de poursuivre son suivi psychiatrique, il lui est interdit de porter une arme. L'homme devra aussi dédommager les deux gendarmes qui se sont constitués partie civile (150 euros de dommages et intérêts pour l'un, 1.000 euros pour celui qui a reçu le coup). Déjà condamné à de multiples reprises, le Franc-comtois a été incarcéré à l'issue de l'audience.

LIRE AUSSI : Gilets jaunes : les barrages et blocages près de chez vous pour la 17e journée de mobilisation