Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

Au tribunal de Bobigny, Jean Castex promet d'augmenter les moyens de la justice

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Jean Castex, le nouveau Premier ministre et le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, se sont rendus au tribunal judiciaire de Bobigny ce mercredi 8 juillet. Ils ont profité de cette visite pour annoncer l'augmentation des moyens de la justice dès 2021.

Jean Castex et Eric Dupond-Moretti en déplacement au tribunal judiciaire de Bobigny le 8 juillet 2020
Jean Castex et Eric Dupond-Moretti en déplacement au tribunal judiciaire de Bobigny le 8 juillet 2020 © Radio France - Hajera Mohammad

Les moyens de la justice seront augmentés dès 2021, c'est l'engagement pris, ce 8 juillet 2020, par le Premier ministre en personne, lors de son déplacement au tribunal judiciaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Jean Castex était accompagné du nouveau garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti.

Bobigny, la juridiction à soigner

"Il existe une loi de programmation votée par l'actuelle majorité et je vous annonce qu'à compter de 2021 nous allons en accélérer la réalisation", a déclaré le nouveau chef du gouvernement. Si les deux hommes se sont rendus au tribunal de Bobigny, ce n'est pas un hasard. Dans cette juridiction, la deuxième plus grande de France, les magistrats, greffiers, avocats, alertent depuis des années sur le manque de moyens humains, matériels et sur la vétusté du palais de justice. Si des renforts ont été annoncés (et sont déjà en partie arrivés), la situation reste critique et la crise du Covid-19 a mis un coup de frein à ces progrès.

"Par exemple, pour voir le juge des Affaires familiales, en 2016 il fallait un an. On avait a réussi à réduire le délai deux ou trois mois. Mais aujourd'hui, ce n'est pas avant 2021", explique Sophie Combes, la déléguée du Syndicat de la Magistrature. Si le discours du Premier ministre et de celui de la Justice va dans le bon sens, elle attend de voir les actes.

"Un département qui a un besoin immense de justice" - Sophie Combes, déléguée du Syndicat de la Magistrature

Des moyens revus à la hausse dès 2021

"Il y a une immense attente des acteurs de Justice et des avocats", insiste aussi, de son côté, Frédéric Gabet, le bâtonnier, encore plus depuis la nomination d'Eric Dupond-Moretti, avocat de profession. "On va surveiller de près ce qui va se passer, je lui ai dit que nous serions très exigeants", prévient-il. 

"Il y a une immense attente" - Frédéric Gabet, bâtonnier de l'ordre des avocats de Bobigny

Le budget 2020 de la Justice, voté en 2019, s'établissait à plus de 7,5 milliards d'euros, soit une augmentation de 4% mais inférieure tout de même à la trajectoire fixée dans la loi de programmation budgétaire 2018-2022. 

En revanche, le Premier ministre n'a pas donné de détail sur la prime de fidélisation de 10.000 euros annoncée en octobre dernier par son prédécesseur pour inciter les fonctionnaires en poste depuis cinq ans en Seine-Saint-Denis à rester dans le département.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess