Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Prison avec sursis pour l'homme qui filmait ses collègues dans les toilettes de la chambre d'agriculture du Calvados

lundi 12 mars 2018 à 17:27 Par Jean-Baptiste Menanteau, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Un ancien cadre de la chambre d'agriculture du Calvados a été condamné lundi 12 mars à un an de prison avec sursis et 7 500 euros d'amende pour avoir installé une caméra dans les toilettes des femmes, sur son lieu de travail, entre 2010 et 2012.

L'homme, un ancien cadre de la chambre d'agriculture du Calvados, était jugé en appel.
L'homme, un ancien cadre de la chambre d'agriculture du Calvados, était jugé en appel. © Radio France - Jean-Baptiste Menaneau

Caen, France

En première instance, l'homme de 55 ans avait écopé de 12 mois de prison, dont six mois avec sursis. La cour d'appel de Caen a confirmé le jugement tout en allégeant la peine, qui n'est plus désormais que d'un an de prison avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve. L'homme, un ancien cadre de la chambre d'agriculture du Calvados, devra également s'acquitter de 7.500 euros d'amende.

Les faits remontent au mois de juillet 2012, lorsqu'une femme de ménage découvre une minuscule caméra dans les toilettes des femmes de la chambre d'agriculture du Calvados. L'homme a rapidement été identifié et a reconnu les faits lors de sa garde à vue.

Une "boulimie" d'images

A son procès, en février dernier, le cadre s'était défendu en expliquant qu'il ne voulait filmer qu'une seule de ses collègues, avec qui il avait eu une brève liaison. "J'avais besoin de la voir" avait-il concédé, j'avais une passion pour elle qui m'a amené à une boulimie d'images". Il a reconnu avoir utilisé à plusieurs reprises le dispositif entre 2010 à 2012. 

Plus de 300 fichiers avaient été récupérés dans son ordinateur. La Cour d'appel de Caen a également confirmé l'indemnisation des victimes, une trentaine de femmes à qui il devra verser un peu plus de 75 000 euros de dommages et intérêts. Les chambres régionales et départementales du Calvados ont en revanche été déboutées de leur demande.