Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Calais, cinq migrants portent plainte pour violences policières contre des CRS

-
Par , France Bleu Nord

Cinq migrants d'origine érythréenne ont porté plainte pour "coups et blessures volontaires" contre des CRS à Calais. Ils dénoncent des insultes, des gazages et des passages à tabac.

Un camp de migrants à Calais -  Photo d'illustration
Un camp de migrants à Calais - Photo d'illustration © Maxppp - SEBASTIEN COURDJI/EFE/Newscom/MaxPPP

Cinq migrants érythréens ont déposé plainte pour  violences policières - précisément pour coups et blessures volontaires - contre une compagnie de CRS à Calais. Ces hommes, âgés entre 20 et 30 ans, disent avoir subi de multiples "actions agressives", a appris jeudi l'Agence France Presse de sources concordantes. 

Dans une lettre ouverte publiée mi-avril sur la page Facebook de l'association Utopia 56, la communauté érythréenne de Calais dénonce des "insultes", "gazages", "passages à tabac" et menaces de mortde la part d'une compagnie de CRS entre le 26 et le 31 mars. 

"Ils accelerent dans leurs véhicules en roulant dans notre direction, comme s'ils voulaient nous ecraser. Ils ont egalement emmene des gens avec eux dans des endroits eloignes de Calais et les ont frappés jusqu'a ce qu'ils perdent connaissance", écrivent-ils.

Le parquet de Boulogne-sur-mer confirme ces cinq plaintes. L'IGPN, la "police des polices" a été saisie de l'enquête.

Au moins 260 "mises à l'abri"

Entre Calais et Grande-Synthe (Nord), l’Etat assure qu’il a mis à l’abri la moitié des migrants présents sur le littoral, soit 650 personnes. 

Il s'agit en majorité des personnes originaires du Soudan, d'Erythrée, d'Afghanistan et d'Iran.

Ces migrants sont confinés dans des centres d'hébergement du département. Mais d'autres refusent de quitter leurs campements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess