Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

À Cherbourg, la justice pointée du doigt pour sa responsabilité dans les féminicides

-
Par , France Bleu Cotentin

Une affiche dénonçant l'inaction de l'Etat et l'inefficacité de la justice dans la lutte contre les violences faites aux femmes a été déployée dans la nuit de dimanche à lundi devant le tribunal de Cherbourg.

Les "colleuses" ont sévi en pleine nuit pour dénoncer l'inefficacité des pouvoirs publics dans la lutte contre les féminicides.
Les "colleuses" ont sévi en pleine nuit pour dénoncer l'inefficacité des pouvoirs publics dans la lutte contre les féminicides. -

Pour la première fois dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 novembre, plus de 300 militantes des droits des femmes ont collé simultanément sur les tribunaux de la France entière, des affiches pour exiger des actions et pointer du doigt la responsabilité de l’État, de la justice et de la police dans les féminicides. Une opération qui s'est soldée à Lyon, par l'arrestation de 4 "colleuses" qui seront prochainement convoquées en justice. A Paris, 3 militantes ont été interpellées et ont subi un interrogatoire. 

Des affiches régulièrement collées à Cherbourg

A Cherbourg, une affiche a été déployée devant le Tribunal de grande instance. Depuis le 30 août, ces militantes opèrent régulièrement à des collages sur la voie publique pour dénoncer les violences conjugales et les féminicides. Tous les deux jours une femme meurt assassinée par son conjoint ou ex-conjoint en France. Depuis le début de l'année, 127 femmes ont perdu la vie dans ces circonstances. Chaque année, 219 000 femmes sont victimes de violences conjugales.

Réponse judiciaire inadaptée selon les militantes

Dans un communiqué transmis ce lundi matin, le collectif de colleuses dénonce _"_un Etat coupable de par son inaction". Quant à la justice, elle est, toujours selon le collectif, "complice de ces drames par son inefficacité". D'après les militantes, "alors que 70% des auteurs de féminicides avaient déjà commis des violences sur la victime et que dans 1 cas sur 3 les pouvoirs publics en avaient été alertés, rien n’est fait pour mettre fin à ce massacre". Une situation qui légitime selon ce collectif, l'entrée dans l'illégalité pour espérer être entendu. Et les militantes de conclure : "L’Etat ne peut plus détourner le regard, la justice ne peut plus dire qu’elle ne savait pas. Nous avons collé noir sur blanc la vérité sur leurs murs". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu