Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Clermont-Ferrand, les infirmiers scolaires sont en colère et le crient haut et fort devant le Rectorat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Ce mardi, les infirmiers scolaires de Clermont-Ferrand ont défilé à l'appel des syndicats de l'Éducation nationale pour dénoncer un projet de réforme portant atteinte à leur fonction et à la santé des élèves.

Parmi les manifestants et grévistes de ce mardi 26 janvier, des infirmers scolaires venus dénoncer le mépris de leurs missions dans les établissements scolaires, au détriment de la santé des élèves.
Parmi les manifestants et grévistes de ce mardi 26 janvier, des infirmers scolaires venus dénoncer le mépris de leurs missions dans les établissements scolaires, au détriment de la santé des élèves. © Radio France - Romane Brisard

"C’est une maladie chronique dont souffre la médecine scolaire." A l'appel de la Journée nationale de grève et de mobilisation du 26 janvier, à Clermont-Ferrand, un peu plus de 600 participants, dont de nombreux infirmiers scolaires. Devant le Rectorat, ils sont venus dénoncer ensemble le projet de réforme de leur statut, programmé pour aboutir dans quelques semaines suite à un rapport de la Cour des comptes.

Les drapeaux des différents syndicats de l'éducation nationale flottent devant le Rectorat, qui doit recevoir une délégation doit être reçue.
Les drapeaux des différents syndicats de l'éducation nationale flottent devant le Rectorat, qui doit recevoir une délégation doit être reçue. © Radio France - Romane Brisard

Une réforme "qui rend malade"

Parmi les changements que prévoit ce texte, le transfert du poste d'infirmier de l’Éducation nationale vers l’administration territoriale. Une externalisation pensée pour que ces professionnels de la santé scolaire quittent leurs infirmerie afin de réaliser des dépistages dans des centres médicaux-sociaux de la Région.

"Quid du statut de fonctionnaire, quid de la question de la pérennité de la contractualisation dans la fonction publique ?", questionne cette professionnelle, qui comme tous les autres ce mardi a souhaité témoigner de manière anonyme. "On méprise nos fonctions, on nous méprise, on nous impose un détachement de l'Éducation nationale avec plein de points interrogation.

Quel statut, quelles perspectives pour ces professionnels ? Tous attendent des éclaircissements de la part du Gouvernement. "Nous refusons cette ingratitude, et le sacrifice des élèves - même si je déteste ce terme, on en est là - au bénéfice d’une machine économique et politique."

Ce mardi à Clermont-Ferrand, les pancartes des professionnels de l'Éducation nationale dénoncent un mépris constant des politiques envers leurs métiers.
Ce mardi à Clermont-Ferrand, les pancartes des professionnels de l'Éducation nationale dénoncent un mépris constant des politiques envers leurs métiers. © Radio France - Romane Brisard

S.O.S élèves en détresse

Vers qui se tourneront les élèves en détresse si les infirmiers scolaires quittent leurs établissement ? "Certainement pas vers un centre médico-social", estime l'un d'entre eux. "Ils veulent que l'on pèse, que l'on mesure les élèves, qu'on ausculte leurs yeux. Cela, au détriment de notre mission d’éducation et de protection de l’enfance. Mais notre cœur de métier, c’est l'écoute, le conseil et l'orientation." C'est un consensus ce mardi :  il existe une véritable caricature du métier, selon les infirmiers scolaires. "On nous voit comme des distributeurs de paracétamol, mais 90 % de notre boulot, c’est créer un climat de confiance pour comprendre le décrochage scolaire, la souffrance sociale."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un rôle d'autant plus important en cette période de crise sanitaire et sociale qui impacte grandement la jeunesse, et où les effets délétères sur les familles sont multiples. "Il y a un étage qui est en train de se casser la gueule, le Covid est révélateur du mal-être, de l’explosion des violences intrafamiliales, des drogues et anxiolytiques que les élèves consomment de plus en plus pour se créer un paradis artificiel, de l'isolement...." Autant de maux que les infirmiers scolaires ont l’habitude de détecter au plus près des élèves, mais aussi des professeurs, des conseillers de l'éducation et de l'ensemble des professionnels des établissements. 

#MaSolution

Dans le monde de l'éducation, vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess