Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À contresens sur l'autoroute à 180 km/h : un Côte-d'Orien en garde à vue

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Les gendarmes de Côte-d'Or ont intercepté mercredi 3 avril un homme qui avait pris la fuite pour éviter un contrôle au péage de Soirans, sur l'A39. Il a roulé à 180 km/h sur la bande d'arrêt d'urgence pendant six kilomètres avant d'abandonner son véhicule. Sa garde à vue a été prolongée jeudi.

Les gendarmes de Côte-d'Or ont intercepté le chauffard mercredi soir © Radio France - Illustration
Les gendarmes de Côte-d'Or ont intercepté le chauffard mercredi soir © Radio France - Illustration

Soirans, France

Il ne voulait vraiment pas être contrôlé par les gendarmes : un homme a pris tous les risques pour échapper aux forces de l'ordre mercredi 3 avril. Au péage de Soirans, il a fait demi-tour et a conduit à contresens sur l'autoroute pendant six kilomètres à 180 km/h avant d'abandonner sa voiture et de prendre la fuite à pied. Après une course-poursuite, il a été rattrapé et interpellé. Heureusement il n'a blessé personne et n'a pas provoqué d'accident, notamment car la gendarmerie a mis en place un dispositif sur le tronçon.

Pour le retrouver, plusieurs unités de la gendarmerie sont intervenues, ainsi qu'un hélicoptère et une équipe cynophile. Il a finalement été rattrapé près du stade de Cessey-sur-Tille et placé en garde à vue.

Il s'agirait d'un homme de 29 ans habitant de Chevigny-Saint-Sauveur. Pour l'instant impossible de savoir pourquoi il a pris tant de risques, mais il était défavorablement connu des services de police. Sa garde à vue a été prolongée jeudi en fin d'après-midi. L'enquête poursuit son cours.