Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Dijon, les associations se mobilisent pour une famille menacée d'expulsion

lundi 27 août 2018 à 14:50 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Ce lundi matin à Dijon, une trentaine de personnes issues du monde associatif et éducatif se sont rassemblées devant le domicile d'une famille d'origine algérienne. Installé depuis quatre ans et demi à Dijon, le couple et ses six enfants ont reçu l'obligation de quitter le territoire français.

Plusieurs membres d'associations et enseignants se sont mobilisés contre l'expulsion d'une famille algérienne
Plusieurs membres d'associations et enseignants se sont mobilisés contre l'expulsion d'une famille algérienne © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Une famille d'origine algérienne installée à Dijon depuis quatre ans et demi est sous le coup d'une OQTF, obligation de quitter le territoire français. La décision a été prise par le préfet de Côte-d'Or après le refus de délivrer un titre de séjour. La famille soit les deux parents et cinq des six enfants dont quatre mineurs, ont reçu leur billet d'avion pour Alger. 

Dominique Petit de SOS Refoulement : "Cette menace d'expulsion créée une situation de peur"

Il y a des situations humaines qu'il faut prendre en considération" - Dominique Petit, de l'association SOS Refoulement

Les cinq enfants sont tous scolarisés dans des écoles de Dijon. Pour les enseignants, et les associations qui aident cette famille, cette décision du préfet est incompréhensible. Ce lundi, une trentaine de personnes se sont rassemblées au domicile de la famille à Dijon en signe de soutien. "Cette famille est bien intégrée en France. Comme ils n'ont pas le droit de travailler, le mari et son épouse sont impliqués de manière bénévole dans plusieurs associations" affirme Dominique Petit, membre de l'association SOS Refoulement. "On n'est pas opposé aux lois qui régissent la présence des étrangers sur le sol français, mais on estime qu'il y a des situations humaines qu'il faut prendre en considération. Ces personnes n'ont ni menacé ni troublé l'ordre public. Elles sont irréprochables" ajoute Dominique Petit. 

Ces enfants ne posent aucun problème. En tant qu'élèves, ils se sont parfaitement intégrés" - Corinne Journo, professeur au collège Les Lentillères à Dijon 

Parmi les personnes qui se sont mobilisées ce lundi, on trouve plusieurs enseignants des écoles où sont scolarisés les enfants. Corinne Journo est professeur au collège les Lentillères à Dijon. Comme ses collègues, elle ne comprend pas la décision d'expulsion. " Ces enfants sont des élèves qui ne posent aucun problème," affirme Corinne Journo. "Les camarades de classe les attendent. Je suis là pour dire qu'à quelques semaines d'une régularisation possible, on pourrait faire un effort pour cette famille." 

Corinne Journo, professeur au collège les Lentillères à Dijon : "Les parents et les enfants ont fait des efforts d'intégration"

La plus jeune des enfants âgé de trois ans est né en France. Les autres enfants sont scolarisés au collège les Lentillères à Dijon. Le plus âgé au lycée Le Castel est en Bac Pro. Aux dires de leurs enseignants, ils ont tous de bons résultats. Et les parents sont "bien intégrés", affirme Dominique Petit, membre du collectif SOS Refoulement. 

► Retrouvez ce mardi les témoignages de Dominique Petit et Corinne Journo en écoutant la matinale de France Bleu Bourgogne entre 6 heures et 9 heures.