Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Dijon, les migrants s'installent dans un nouveau squat

-
Par , , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Après leur expulsion des anciens locaux de la CPAM à Chenove, les migrants viennent de s'installer dans un nouvel immeuble abandonné à Dijon. C'est le comité de soutien qui l'annonce ce dimanche.

Le nouveau squat se trouve rue Henri Becquerel, entre des immeubles d'habitations et les voies SNCF à Dijon
Le nouveau squat se trouve rue Henri Becquerel, entre des immeubles d'habitations et les voies SNCF à Dijon © Radio France - Sophie Allemand

Dijon, France

Depuis l'expulsion surprise de leur logement la veille de leur passage au tribunal le 10 septembre, les migrants de l'ex CPAM de Chenôve ont investit ce week-end un nouvel immeuble abandonné. Il est cette fois situé dans le quartier du centre des impôts à Dijon, dans la rue Henri Becquerel, entre des immeubles d'habitations et les voies SNCF. 

Depuis leur expulsion, la mairie de Dijon avait mis à leur disposition, un ancien terrain d'accueil des gens du voyage, rue des cailloux. Mais l'arrivée du froid et de la pluie, rendait les conditions de vie très difficiles. 

Pour Paul Garrigues, le représentant de la ligue des Droits de l'Homme à Dijon, l'occupation de ce bâtiment ne devrait pas poser de problème à son propriétaire, le groupe Dijon Céréales, "dans la mesure où c'est un bâtiment inexploitable pour un autre usage et pas un terrain constructible."

Elle permet aussi et surtout de mettre à l'abri une cinquantaine de personnes, "le campement au cailloux n'était plus tenable, ils avaient des tentes qui prenaient l'eau pour une partie. Ici cela a l'avantage d'être sain, il n'y a pas d'humidité, en plus c'est aménageable". Il espère que la préfecture ne procédera pas à une expulsion, d'autant plus que "cela lui enlève une sacrée épine du pied, explique Paul Garrigues.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu