Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Estagel, la mère de Priscillia adresse un message d'apaisement malgré sa douleur

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Trois mois jour pour jour après le meurtre de Priscillia, cette jeune fille de 18 ans retrouvée morte cet été dans le cimetière d'Estagel (Pyrénées-Orientales), sa mère, Sophie Gonzales a donné une conférence de presse ce lundi. Une mère à la dignité exemplaire malgré sa douleur.

Sophie Gonzales, la mère de Priscillia
Sophie Gonzales, la mère de Priscillia © Radio France - Tanguy Bocconi

Estagel, France

La mère de Priscillia, très digne devant les nombreux journalistes présents,a tenu à exprimer un message d'apaisement après l'arrestation du meurtrier présumé, un jeune homme de 18 ans arrêté mardi dernier et qui est passé aux aveux lors de sa garde à vue.

"Je suis contente que le meurtrier de ma fille ait été arrêté. La paix va revenir dans le village parce qu'on avait une très grande crainte que cela recommence pour une autre jeune fille d'Estagel. Elles peuvent désormais être rassurées. Malgré mon chagrin, cela m'apaise énormément."

La mère de Priscillia, qui ne fréquentait pas la famille du mis en cause mais la connaissait simplement de vue pour l'avoir croisée au sein de l'association solidaire Fripouille, a tenu malgré sa douleur à avoir une pensée pour la mère du meurtrier présumé : "Je pense qu'elle est aussi très malheureuse, et qu'elle a dû être extrêmement surprise d'apprendre ce qu'il avait fait. Quand j'ai vu sa photo, on lui aurait donné le bon dieu sans confession : il a juste 18 ans, c'est encore un tout jeune homme".

Sophie Gonzales a également tenu à saluer le travail des gendarmes qui ont abattu une tâche considérable : "C'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Moi je croyais que c'était quelqu'un de passage, je n'aurais jamais cru que c'était quelqu'un du village qui ait pu faire ça."

Un discours d'apaisement

La mère de Priscillia, loin d'être animée par un sentiment de vengeance, espère surtout que le meurtrier présumé de sa fille sera pris en charge et accompagné médicalement : "Je pense que ce jeune homme a besoin de beaucoup de soins au vu des choses horribles qu'il a faites à ma fille (...)  Les gens qui tuent et qui violent, s'il n'y a pas de soins, il y a récidive. Je connais le milieu carcéral, il y a beaucoup de prisonniers et c'est très difficile d'être suivi, d'obtenir un rendez-vous à l’infirmerie ne serait ce que pour avoir un calmant (...) Ce n'est pas de ça dont a besoin ce jeune homme. Il a surtout besoin de beaucoup, beaucoup de soins."

Le meurtrier présumé a été mis en examen pour meurtre sur personne vulnérable, agression sexuelle et viol sous la menace d'une arme. Des expertises psychiatriques et psychologiques ont été ordonnées pour tenter de mieux cerner sa personnalité.

Choix de la station

France Bleu