Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans le Doubs, une mère de famille se bat contre les pneus Goodyear après l'accident qui a tué son mari

À 46 ans, Sophie Rollet se bat depuis six ans pour découvrir la vérité sur la mort de son mari Jean-Paul. Ce chauffeur routier de 53 ans est décédé dans un accident de la route en 2014. À Geney, dans le Doubs, sa veuve soupçonne un défaut de fabrication de pneus du fabriquant Goodyear.

Sophie Rollet à son bureau, celui où elle collecte tous les accidents d'éclatement de pneus de poids-lourds
Sophie Rollet à son bureau, celui où elle collecte tous les accidents d'éclatement de pneus de poids-lourds © Radio France - Marianne Naquet

Des pneus Goodyear responsables d'un accident mortel ? C'est le combat de Sophie Rollet, une habitante de Geney dans le Doubs. Son mari, Jean-Paul, un chaufffeur routier de 53 ans est mort en 2014 sur la route.  Pour sa veuve de 46 ans, ce n'est pas un "banal" tragique accident de la route. Depuis six ans, elle enquête dessus.

Des pneus Marathon LHS II avec un défaut de fabrication ? 

Car pour elle, dans l'accident de son mari, ce sont les pneus "Marathon LHS II" du camion qui sont coupables. Des pneus de la marque Goodyear qui auraient éclaté et causé l'accident mortel : en juillet 2014, le camion de son mari est percuté sur l'A36 par un autre poids lourd qui a traversé le terre-plein. Le chauffeur a perdu le contrôle à cause d'un des pneus, complètement explosé. 

Une plainte en 2016

Un détail qui attire l'attention de Sophie Rollet. Elle porte plainte contre X, fin 2016, pour "homicide involontaire". En attendant, elle épluche des centaines et des centaines d'articles internet pour essayer de voir les marques de pneu sur les photos. Elle accumule aussi des données, compare des accidents, comme celui à Belfort qui tue deux personnes quelques semaines après la mort de son mari.  A chaque fois les pneus ont éclaté, tous de la marque Goodyear. 

Le bureau de Sophie Rollet : en haut à droite, la réplique conforme du camion citerne de son mari
Le bureau de Sophie Rollet : en haut à droite, la réplique conforme du camion citerne de son mari © Radio France - Marianne Naquet

Une expertise confirme ses soupçons en 2019

Le géant américain a lancé une campagne de rappel pour certains, officiellement pas pour des raisons de sécurité. Fin 2019, une expertise confirme son hypothèse : il y a bien un problème de pneu, dans sa structure métallique, "non-décelables lors des suivis". Non, répond Goodyear pour qu'il n'y a aucun souci de fabrication. L'avocat de Sophie Rollet, Philippe Courtois parle lui "d'urgence sécuritaire". Il demande que le manufacturier américain soit mis en examen ou placé sous le statut de témoin assisté. 

"72 ou 73 accidents similaires sur les dernières années avec un pneumatique de la même marque" - L'avocat de Sophie Rollet

Une juge d'instruction est en charge du dossier : Sophie Rollet a, elle, été auditionnée il y a quelques mois. Son avocat estime qu'il y a "72 ou 73 accidents similaires sur les dernières années qui impliquent un pneumatique de la même marque, pour la majorité du même type."

Selon le Parquet de Besançon, de nouvelles investigations sont en cours. Le procureur de Besançon, Etienne Manteaux, souligne le "travail considérable" réalisé par l'expert, qui "objective un problème de fabrication du pneu net".

Sophie Rollet estime que c'est désormais presque la fin de son combat. Désormais, c'est à la justice de prendre les choses en main. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess