Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Grenoble, des dealers du quartier Mistral s'exhibent en armes sur les réseaux sociaux

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Deux vidéos publiées lundi sur les réseaux sociaux montrent des dealers cagoulés et lourdement armés tenir un point de vente dans le quartier Mistral à Grenoble. L'une a déjà été vue par plus de 200.000 personnes. Une démonstration de force qui intervient dans un contexte de règlements de compte.

Capture d'écran de la vidéo présentée comme celle de dealers quartier Mistral
Capture d'écran de la vidéo présentée comme celle de dealers quartier Mistral - Capture d'écran Twitter

Ce sont nos confrères du Dauphiné Libéré (article payant) qui ont repéré ces deux vidéos ce mardi après-midi. Elles ont déjà fait le tour des réseaux sociaux et fait aussi beaucoup réagir, tant du côté de la police que de la justice grenobloises. Sur l'une de ces vidéos publiée sur Twitter et vue par plus de 200.000 personnes, on voit plusieurs dealers cagoulés, et pour certains très lourdement armés, tenir un point de vente de drogue à proximité d'un parc pour enfants dans le quartier Mistral de Grenoble.

Sur l'autre, très musicale, des dealers avec le nom du quartier sur leurs t-shirts, font la promotion de bocaux de bonbons visiblement remplis de drogue sur fond de tags où l'on peut lire le mot Mistral. 

Une exhibition "inadmissible" pour le procureur de Grenoble

Le procureur de la République de Grenoble a confirmé à nos confrères que ces vidéos ont bien été tournées à Mistral. Sur Twitter, Eric Vaillant juge "inadmissible" cette exhibition et ajoute qu'elle "renforce, si besoin est, la détermination du parquet de Grenoble à lutter contre les trafiquants de stupéfiants". 

Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que les dealers du quartier utilisent les réseaux sociaux pour parader :  : il y a un peu plus d'un an, ils y avaient organisé une tombola, avec une console de jeux à gagner pour leur clients. Les enquêteurs avaient aussi découvert à l'aéroport de Saint-Exupéry, en provenance de Chine des pochettes plastiques dimensionnées pour la vente de drogues et siglées au nom de "Mistral".

Une suite logique à une "non-réponse judiciaire"  selon le syndicat de police Alliance

Cette nouvelle véritable mise en scène n'étonne pas Yannick Biancheri, responsable isérois du syndicat de police Alliance. "Cela fait des années qu'on voit passer sur des vidéos, des WhatsApp, sur des Twitts des promotions en ligne. Donc là maintenant, on fait la promotion de la force de Mistral avec des armes lourdes. Le fait qu'ils se permettent aujourd'hui, aux yeux de tout le monde, et de le diffuser sur les réseaux sociaux c'est parce qu'ils ont tristement le sentiment d'être intouchables, un sentiment d'impunité parce qu'on a laissé pendant des année une non-réponse judiciaire ou une réponse judiciaire pas assez ferme".

Une condamnation ferme de la mairie de Grenoble qui demande des renforts de police complémentaires

"On a l'air d'être sur une mise en scène", estime Maud Tavel, l'adjointe à la tranquillité publique. "Pour impressionner qui ? Les jeunes, les autorités. En tout cas, c'est une condamnation ferme de la Ville de Grenoble et une pensée aux familles, aux enfants, aux gens qui travaillent sur le quartier. Il est du rôle de l'Etat de démanteler les trafics , il est du rôle de la ville de Grenoble de faire en sorte qu'on puisse y vivre dans de bonnes conditions, aller au travail, sortir de son immeuble, demain aller à l'école. D'ailleurs, on souhaite réitérer la demande de renforts complémentaires qui de notre point de vue est essentielle et vient en complémentarité avec l'action des élus locaux et des services publics". 

Un  "buzz" dans un contexte d'une série de règlements de compte depuis deux mois

Cette démonstration de force intervient après une série de règlements de compte dans l'agglomération grenobloise, on suppose pour le contrôle du marché de la drogue : 7 fusillades ont fait 3 morts depuis fin juin à Grenoble essentiellement, mais aussi Eybens et Varces.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess