Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A la prison de Privas, des détenus creusent un tunnel dans le mur de leur cellule

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Lors d’une fouille cette semaine, des surveillants de la maison d'arrêt de Privas en Ardèche ont découvert un tunnel dans le mur d'une cellule, derrière un poster.

A la prison de Privas, des détenus creusent un tunnel dans le mur de leur cellule
A la prison de Privas, des détenus creusent un tunnel dans le mur de leur cellule © Radio France - Victor Vasseur

Privas, France

Comme les Dalton dans Lucky-Luke. Mercredi, les surveillants de la maison d’arrêt de Privas ont découvert un tunnel dans une cellule pendant une fouille. Tout est parti d’une bagarre lundi 1er juillet. Un détenu est envoyé à l’hôpital, frappé très violemment par trois autres prisonniers. Un déchaînement de violence : des coups de poings et des coups de pieds sur la tête. 

La direction de la prison impose une fouille dans la cellule de ces trois détenus. C’est à ce moment-là qu’ils découvrent, derrière un poster, ce tunnel de 50 centimètres de large. "Le tunnel mène jusqu’à la cour de promenade, que l’on voit. De l’extérieur, le trou est assez petit, l’équivalent d’une pièce de deux euros" raconte Jérémy Moncelon, délégué syndical Force Ouvrière à la maison d’arrêt de Privas. "On voit que c’était un projet bien avancé" précise Jérémy Moncelon.

Une tentative d’évasion ?

Le délégué syndical réclame le transfert rapide des trois détenus vers une autre maison d’arrêt. Jérémy Moncelon se désole de la situation : "Il y a toujours des surprises. On essaie tous de faire notre boulot comme il faut. Mais, avec la surpopulation, les mouvements qui s’enchaînent, on n’a pas le temps d’être attentif à tout, à 200%." Il conclut : "L’été commence fort à la maison d’arrêt de Privas!"