Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A la prison de Valence, un détenu met le feu à sa cellule

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Ce jeudi matin un détenu a mis le feu à sa cellule alors qu'il se trouvait en quartier disciplinaire après avoir agressé deux surveillants. Les gardiens de prison demandent son transfèrement en urgence.

Un détenu met le feu à sa cellule à la prison de Valence.
Un détenu met le feu à sa cellule à la prison de Valence. © Radio France - Tommy Cattanéo

Valence, France

A la prison de Valence, l'année commence sur un nouveau ras-le-bol des surveillants. Il y a d'abord eu mardi l'agression à l'huile bouillante et à la lame de rasoir de deux surveillants par un détenu. Et ce jeudi matin, vers 7h et demi, ce même détenu, placé en quartier disciplinaire, a mis le feu à sa cellule.

Les gardiens ont éteint le feu 

Selon le syndicat UFAP UNSA Justice de Valence, le détenu s’est introduit un briquet dans les voies naturelles et il a donc ensuite mis le feu à sa cellule. Ce sont les gardiens qui ont arrêté le feu et qui ont sauvé la vie du détenu. Les agents qui sont intervenus ont été copieusement insultés par l'intéressé.

"La prison de Valence est une cocotte-minute, le personnel va travailler la boule au ventre" - Sylvain Royère de l'UFAP UNSA Justice 

Sylvain Royère de l'UFAP UNSA Justice demande le transfèrement de ce détenu mais aussi plus de moyens pour gérer ces personnes dangereuses : "Nous manquons de matériel pour gérer ces individus dangereux, nous n’avons pas de passe-menottes par exemple pour menotter les détenus avant qu’ils sortent de leur cellule. Nous allons arriver à une vraie catastrophe sur le personnel "déplore-t-il.