Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A La Rochelle, la simulation d'attentat est reportée

lundi 28 mai 2018 à 19:07 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

Le préfet a pris la décision lundi peu après 18h : en raison de la prolongation de la vigilance météo orange aux orages, le grand exercice de sécurité civile est reporté à La Rochelle. Près de 300 personnes devaient se mobiliser autour de l'espace Encan, pour simuler une attaque à la voiture bélier.

Les pompiers et le Samu étaient associés à ce qui devait être un exercice de grande ampleur.
Les pompiers et le Samu étaient associés à ce qui devait être un exercice de grande ampleur. © Maxppp - Xavier Leoty

La Rochelle, France

Il venait tout juste de présenter à la presse les enjeux de l'exercice. Peu après 18h lundi, Fabrice Rigoulet-Roze, préfet de la Charente-Maritime, a finalement décidé de reporter la simulation de grande ampleur prévue dans la nuit de lundi à mardi. Le motif: le maintien de la Charente-Maritime en vigilance orange aux orages au delà de 20h, alors que cet exercice devait débuter une heure plus tard, à 21h. "On ne peut pas inviter les habitants à rester chez eux", explique la préfecture, "et mobiliser 300 personnes sur le vieux port." Surtout que les services de secours pouvaient très bien être appelés sur de vraies interventions.

Ces exercices sont un classique désormais en France, où chaque préfecture doit organiser tous les ans au moins quatre exercices de grande ampleur, pour mesurer la réaction à des catastrophes naturelles, sanitaires, industrielles, et bien sûr au risque d'attentat qui devait être testé ce lundi soir. Un scénario qui venait tout juste d'être dévoilé: une attaque à la voiture bélier contre l'espace Encan, provoquant de nombreuses victimes. 55 figurants étaient mobilisés pour jouer les blessés et les morts. Les différents services devaient intervenir en conditions réelles: on risquait de voir des gyrophares et d'entendre de nombreuses sirènes sur le Vieux port de La Rochelle.

Poste médical avancé et prise en charge psychologique

Une première phase de "sécurisation" était prévue, impliquant une centaine de policiers. Les services de secours devaient aussi intervenir et monter un "poste médical avancé" afin de "trier" les victimes avant leur éventuelle hospitalisation, avec un volet important de soutien psychologique. Le tout dans le cadre d'un plan NOVI (Nombreuses victimes) dont les procédures viennent tout juste d'être mises à jour en avril 2018. Mais "tout n'est pas perdu" assure la préfecture, qui insiste le gros travail en amont de dialogue entre les différents services, pour mettre au point cet exercice.

Reste à trouver une nouvelle date pour cet exercice, ce qui s'annonce compliqué avant le coup d'envoi de la saison estivale. Cet automne, d'autres simulations sont prévues, notamment autour de l'usine Solvay de Port-Neuf, toujours à La Rochelle, un établissement classé Seveso. Les riverains seront associés.