Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Laval, des affiches contre les ministres de la Justice et de l'Intérieur placardées dans des rues

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Plusieurs messages visant les nominations de Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti en tant que ministre de l'Intérieur et ministre de la Justice, ont été affichés sur des murs dans les rues de Laval. Une action relayée sur les réseaux sociaux par le collectif Collages Féministes Laval.

Des collages sur un mur de l'ancien site industriel de la Scomam
Des collages sur un mur de l'ancien site industriel de la Scomam © Radio France - Martin Cotta

"Un violeur à l'Intérieur, un complice à la Justice". Plusieurs messages à l'égard de Gérald Darmanin, nouveau ministre de l'Intérieur et d'Éric Dupond-Moretti ont été affichés sur des murs dans les rues de Laval. Des affiches placardées dans le quartier d'Avesnières et sur les murs de l'ancien site industriel de la Scomam, où ont élu domicile plusieurs associations culturelles de Laval. 

Des collages contre le ministre de la Justice et de l'Intérieur dans les rues de Laval
Des collages contre le ministre de la Justice et de l'Intérieur dans les rues de Laval © Radio France - Pascal Fouchet

Cette action a été relayée par le collectif Collages Féministes Laval sur son compte Instagram. Les nominations de Gérald Darmanin, visé dans une enquête pour viol, et celle d’Éric Dupond-Moretti à qui on reproche ses positions anti-féministes, font toujours polémique visiblement. 

Dans le cas du ministre de l'Intérieur, un non-lieu avait été prononcé en 2018, mais la cour d'appel de Paris le 11 juin dernier, a ordonné la reprise des investigations concernant des accusations de viol, de harcèlement sexuel et d'abus de confiance. Dans le cas du Garde des Sceaux, ses prises de positions sur la question du féminisme et des féminicides, notamment dans le procès de Georges Tron, ne manquent pas d’ulcérer les associations de défense de victimes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess