Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un directeur de recherche du CNRS, accusé d'agression sexuelle, révoqué

mercredi 15 novembre 2017 à 12:32 Par Romane Porcon, France Bleu Provence et France Bleu

Un directeur de recherche du CNRS accusé d'agression et de harcèlement sexuel à Marseille a été révoqué de la fonction publique. Il travaillait à l'institut hôspitalo-universitaire d'infectiologie et s'en serait pris à deux étudiantes.

Il exerçait au sein d'un laboratoire rattaché à l'Institut hospitalo-universitaire d'infectiologie de Marseille (Photo Illustration)
Il exerçait au sein d'un laboratoire rattaché à l'Institut hospitalo-universitaire d'infectiologie de Marseille (Photo Illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Le directeur de recherche du CNRS a été révoqué le 19 octobre de la fonction publique par la conseil disciplinaire du CNRS. Il est soupçonné d'agression et de harcèlement sexuel. L'homme exerçait au sein d'un laboratoire rattaché à l'Institut hospitalo-universitaire d'infectiologie de Marseille.

Tout a commencé par une lettre anonyme rédigée par des ingénieurs, techniciens et administratifs de l'Institut et envoyées au comité d'hygiène et de sécurité en avril dernier.

Harcèlement depuis plusieurs années

Deux femmes, une ingénieure et une étudiante l'accusent d'agressions et de harcèlement sexuels. Pour l'une, de l'avoir agressée en 2015 et pour l'autre de harcèlement depuis plusieurs années.

L'une des victimes raconte les propos, les blagues à caractère sexuel, des remarques sexistes et des faits d’attouchements sexuels. Il aurait aussi montré son sexe, raconte une ancienne collègue du chercheur dans les colonnes du site d'information en ligne Marsactu.

Un comportement dénigrant, oppressant, caractérisé conclut un rapport de la commission administrative paritaire du CNRS. Des fautes incompatibles avec les responsabilités du professeur. Deux plaintes ont été déposées en juillet. Le directeur de recherche avait été mis à pied début septembre.