Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Montargis, des habitants privés de transports en commun après des caillassages de bus

-
Par , France Bleu Orléans

Le réseau de transports en commun Amelys, dans l'agglomération de Montargis, a partiellement suspendu la desserte du quartier Château-Blanc depuis lundi. Motif : des bus ont encore été caillassés. "Priorité à la sécurité des conducteurs et usagers", explique Amelys.

Au total, 40 bus circulent sur le réseau Amélys dans l'agglomération de Montargis.
Au total, 40 bus circulent sur le réseau Amélys dans l'agglomération de Montargis. © Radio France - Cyrille Ardaud

Châlette-sur-Loing, France

Depuis lundi, chaque jour entre 17 heures et 20 heures, plus aucun bus du réseau Amelys dans l'agglomération de Montargis ne dessert le quartier Château-Blanc, situé à Châlette-sur-Loing. Les lignes 1 et 3 sont donc déviées pour éviter ce secteur (quatre arrêts ne sont plus desservis : Château-Blanc, Pontonnerie, Ponte de Lima, Saint-Saëns). Au départ, cette décision devait s'appliquer jusqu’à la fin de la semaine, mais Amelys indique ce mercredi soir que la circulation des bus reviendra à la normale ce jeudi.

Priorité à la sécurité des conducteurs et des usagers

Cette décision radicale intervient après de nouvelles "incivilités" survenues ce lundi vers 17h30 : selon nos informations, trois bus Amelys ont en effet de nouveau été la cible de jets de pierres (un bus a été dégradé). Il s'agit d'une mesure pour la sécurité, assume Franck Supplisson, le président de l'agglomération de Montargis, qui rejette l'idée d'une "punition collective" : "ce qui prime, avant même la desserte des transports, c'est _la protection des personnes_, des chauffeurs et des passagers qui sont parfois de jeunes enfants qui risqueraient de se prendre des bris de glaces potentiellement mortels".

Les auteurs de ces caillassages identifiés ?

Selon Franck Supplisson, les jets de pierres interviennent "toujours au même endroit" et émanent "de très jeunes gens, des collégiens, tous issus de la même résidence". Selon nos informations, il s'agit de la rue Saint-Just, à Chalette-sur-Loing. A ce stade, aucune arrestation n'a été effectuée : _"_on sait à peu près qui sont ces jeunes qui jouent à jeter des cailloux sur les bus, on va essayer d'y mettre fin, on travaille avec la police, avec le bailleur social pour aller voir les familles et raisonner ces jeunes", inique le président de l'agglomération montargoise.

Plus de trente caillassages en deux mois, et onze bus dégradés

Amelys se dit consciente de la "gêne importante occasionnée" pour les usagers de ces lignes de bus, notamment des élèves du lycée professionnel Château-Blanc obligés, après les cours, d'effectuer une partie de leur trajet vers leur domicile à pied. Mais la société explique que la trentaine de caillassages recensés depuis la fin novembre ont un coût important : onze bus ont été dégradés au total, _"sachant qu'_une baie vitrée vaut 1500 euros pièce à remplacer, sans compter le coût de l'immobilisation d'un véhicule pendant un à trois jours le temps de le réparer".