Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Montargis, six mois d'une guerre intensive contre les trafics de drogue

-
Par , France Bleu Orléans

Haro sur les stups ! Six mois après le lancement du Groupement local de traitement de la délinquance, pour lutter contre les trafics de drogue à Montargis, l'heure est à un premier bilan. Une trentaine d'interpellations, plusieurs kilos de stupéfiants et des milliers d'euros saisis.

Dans le cadre du GLTD, près 1,9 kilos d'héroïne, 3,7 kilos de cannabis, mais aussi de la cocaïne et environ 16 000 euros d'avoirs ont été saisis sur Montargis et Châlette-sur-Loing depuis le début de l'année. (illustration)
Dans le cadre du GLTD, près 1,9 kilos d'héroïne, 3,7 kilos de cannabis, mais aussi de la cocaïne et environ 16 000 euros d'avoirs ont été saisis sur Montargis et Châlette-sur-Loing depuis le début de l'année. (illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LA PROVENCE

En quelques mois, les premiers résultats de la lutte engagée à Montargis et à Chalette-sur-Loing contre les trafics de stupéfiants se font déjà sentir. Six mois après la constitution d'un Groupement local de traitement de la délinquance, (GLTD) pour lutter contre les trafics de drogue, tant des acheteurs que des vendeurs, le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial a tenu une conférence de presse ce lundi. 

Des interpellations et plusieurs kilos de drogue saisis

Le GLTD, outre le parquet de Montargis, regroupe également la police nationale, la sous-préfecture, la police municipale, les maires des deux communes concernées, et cible plusieurs quartiers : la Chaussée, la Vénerie et de Lattre de Tassigny sur Montargis, où 29 personnes ont été interpellées, et rue de la Pontonnerie et quartier de Vésines à Châlette, six interpellations. Au total, ce sont près d'1,3 kilos d'héroïne, environ 200 grammes de cocaïne, 3,7 kilos de résine de cannabis, et 15 904 euros saisis par les forces de l'ordre. 

Loïc Abrial, le Procureur de la République de Montargis, dresse un bilan "encourageant" des six premiers mois du GLTD mis en place.
Loïc Abrial, le Procureur de la République de Montargis, dresse un bilan "encourageant" des six premiers mois du GLTD mis en place. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

De quoi mettre "un coup de pied dans la fourmilière", se réjouit la Commissaire divisionnaire Marie-Dominique Greffe, du commissariat de Montargis. "Il y a des retours de la population et des policiers municipaux qui constatent qu'il y a beaucoup moins de gens qui se plaignent d'occupations de hall". Mais il ne s'agit que d'une première étape, souligne celle qui est à la tête des policiers montargois. "Il faut poursuivre indéfiniment. Avant les gens étaient braqueurs, maintenant ils sont dealers, on a pas fini de faire de stups !"

Une vingtaine de points de deal identifiés grâce au renseignement

Pour autant, les résultats sont là : en juin, les interventions pour des délits liés aux stupéfiants sont en forte baisse. "Ce sont des résultats qui sont significatifs, qui sont encourageants. Mais je ne me satisfais pas en l'état, c'est un encouragement pour continuer et amplifier la lutte contre le trafic de stupéfiants", estime de son côté Loïc Abrial, le Procureur de la République de Montargis. 

Marie-Dominique Greffe, Commissaire divisionnaire de Montargis, s'attend à une lutte longue contre le trafic de stupéfiants.
Marie-Dominique Greffe, Commissaire divisionnaire de Montargis, s'attend à une lutte longue contre le trafic de stupéfiants. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

21 points de deal ont été identifiés sur le ressort du Tribunal Judiciaire de Montargis, dont 17 sur les communes de Montargis et Châlette-sur-Loing, notamment en raison d'une vraie collaboration entre les polices municipales et la police nationale, en matière de renseignement. "C'est l'objet d'une cellule spéciale, la cellule opérationnelle de renseignements sur les stupéfiants (CROSS 45). Toutes les informations remontent et les acteurs se coordonnent. La coordination se fait également sur les actions, c'est-à-dire que polices municipales et police nationale vont se mettre d'accord pour monter une opération sur un point de deal particulier."

"Ce GLTD est un outil en plus pour nous", renchérit de son côté Éric Corderot, directeur territorial de la police judiciaire. "C'est un outil qu'il fallait mettre en place. L'alpha et l'oméga, en matière de police judiciaire, a toujours été le renseignement. Aujourd'hui le renseignement se professionnalise, s'améliore et s'intensifie, ce qui fait que les résultats sont au rendez-vous. "

"Je ne sais pas si les trafiquants prendront des vacances, mais en tous cas la police et la justice n'en prendront pas"

Les suites judiciaires sont également fermes, ajoute encore Loïc Abrial. "Nous avons eu plus de 30 interpellations dans le cadre du GLTD. A peu près la moitié sont des majeurs. Quand ils sont reconnus comme responsables d'une transaction de stupéfiants, ils sont passés en comparution immédiate, avec la plupart du temps un mandat de dépot à la clef, donc ils partent en détention immédiatement. Pour les mineurs, ils sont présentés à un juge pour enfants, placés sous contrôle judiciaire, et mes réquisitions vont dans le sens d'un éloignement. Le but est de les sortir de Châlette-sur-Loing, de Montargis, dans un but éducatif. Ils sont placé dans un établissement éloigné de la région montargoise." 

Pour les prochains six mois, le procureur de la République de Montargis dresse deux priorités. Continuer à assumer "une présence fréquente et visible sur le terrain" et réprimer fermement les atteintes aux forces de l'ordre, en augmentation ces derniers mois. "Le GLTD reste actif durant tous les mois d'été. Evidement il y aura des actions contre le trafic de drogue en juillet, en août. Je ne sais pas si les trafiquants prendront des vacances, mais en tous cas la police et la justice n'en prendront pas", poursuit Loïc Abrial. Une nouvelle réunion du Groupement local de traitement de la délinquance est prévu pour le mois de septembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess