Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il meurt d'une crise cardiaque après avoir attendu les secours plus d'une heure

vendredi 9 mars 2018 à 9:03 Par Sarah Nedjar, France Bleu Provence et France Bleu

Dans la nuit du 30 au 31 décembre, Christian Saglietto s'écroule devant sa femme et son fils à Montmeyan (Var). Le jeune homme pratique alors un massage cardiaque sur son père pendant près d'une heure et demie, le temps que les secours interviennent.

Montmeyan est à plus de 45 minutes des hôpitaux les plus proches. Photo d'illustration
Montmeyan est à plus de 45 minutes des hôpitaux les plus proches. Photo d'illustration © Maxppp - RLM

Montmeyan, France

Dans le petit village de Montmeyan, l'histoire de Martine Saglietto est tristement connue. Dans la nuit du 30 au 31 décembre 2017, son mari Christian est pris d'un malaise : bon réflexe, elle contacte le 15, mais l'homme de 71 ans s’effondre. Crise cardiaque. Son fils commence un massage cardiaque en attendant les secours.

Martine raconte qu'au téléphone, le Samu a appelé Draguignan, qui a contacté les pompiers d'Aups, mais ces pompiers étant déjà en intervention, elle explique que ce sont finalement les pompiers de Barjols qui arrivent chez elle. Martine Saglietto a finalement attendu les secours pendant... 1h30. À leur arrivée, les pompiers ne peuvent que constater le décès de Christian Salietto.

Après la tristesse, c'est la colère qui habite Martine Saglietto : "Je ne sais pas si les secours auraient pu sauver mon mari, mais à cause de ce délai d'attente, il n'a même pas eu de chances de s'en sortir." Martine Saglietto n'est pas en colère contre les pompiers mais contre le manque de moyens dans les communes rurales : "Les pompiers du coin n'ont qu'une ambulance. C'est déjà arrivé plusieurs fois à Montmeyan."

Montmeyan est "au bout du monde"

De son côté, Laurent Bécé, le médecin responsable du Samu du Var ne peut pas s'exprimer sur cette intervention car il est "tenu au secret professionnel", mais il assure que assure que lorsque l'appel est pris en charge au 15 pour une urgence vitale, "les numéros de secours sont interconnectés entre le 15 et le 18 et il y a un engagement immédiat pour les secours".  

En ce qui concerne l'arrivée de l'équipe médicale, il faut prendre en compte "le temps de l'appel, le temps de saisir l'adresse, ce sont quelques minutes, ensuite il y a 48 minutes de route théoriques entre l'hôpital de Draguignan et la commune de Montmeyan". Laurent Bécé estime qu'un délai d'1h30 lui parait peu probable. Mais le médecin le reconnait : "Montmeyan est au bout du monde en terme de moyens de secours et de moyens de santé." 

Laurent Bécé explique que le médecin de permanence lui a dit que cette nuit-là, les températures étaient négatives, ce qui explique peut-être aussi un délai de route supplémentaire. 

Une pétition pour davantage de secours dans les communes isolées

Des histoires similaires ont déjà été déplorées dans le village de 570 habitants. Mélodie, mère de famille non-véhiculée, a dû patienter deux heures l'arrivée d'une ambulance pour son fils. La famille envisage même de quitter Montmeyan pour la ville, afin de se rapprocher des centres de soin.

De son côté, Martine Saglietto insiste : sa colère n'est pas dirigée vers les secours, mais sur la mauvaise répartition des équipes sur le territoire varois. " Si mon malheur est arrivé, c'est avant tout par manque de moyens. J'ai écrit un peu partout pour que les villages excentrés soient mieux desservis par les pompiers et le Samu. C'est un très beau village, mais nous avons plus de chances de mourir ici qu'ailleurs."

Martine a adressé un courrier au président de la République, réclamant une meilleure desserte des petites communes pour les ambulances. Une pétition écrite, tournant dans les villages alentours, a déjà obtenu une centaine de signatures.