Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Montreuil, un hommage à Bary Keïta, travailleur sans-papiers mort à 28 ans sur un chantier

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

En ce 1er mai, jour de la fête du Travail, un hommage était rendu devant la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis) à Bary Keïta. Cet ouvrier malien, sans-papiers, est mort le 18 avril dernier après avoir fait une chute sur un chantier de BTP.

À Montreuil, un hommage a été rendu ce 1er mai 2021 à  Bary Keïta, travailleur sans-papiers, mort à 28 ans sur un chantier le 18 avril dernier
À Montreuil, un hommage a été rendu ce 1er mai 2021 à Bary Keïta, travailleur sans-papiers, mort à 28 ans sur un chantier le 18 avril dernier - Halima Menhoudj (twitter)

Un rassemblement était organisé ce samedi 1er mai 2021 devant la mairie de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour rendre hommage à Bary Keïta.

Cet homme de 28 ans, d'origine malienne, était ouvrier pour une entreprise de BTP. Il est mort le 18 avril dernier sur un chantier à Pantin, après une chute de 5 mètres en tombant d'un échafaudage.

Bary Keïta était arrivé en France il y a huit ans et vivait de petits boulots, notamment sur les chantiers, en étant payé au noir. Il vivait dans des conditions plus que précaires, dans un squat de la rue Stalingrad de Montreuil. Plus de 200 travailleurs sans-papiers ont trouvé refuge dans ce hangar après l'expulsion des "Bara" des anciens locaux de l'AFPA, en octobre 2019

Pour Halima Menhoudj, ajointe au maire de Montreuil, en charge de la solidarité internationale, le cas de Bary Keïta illustre bien la "triple peine" que vivent les travailleurs sans-papiers actuellement. "Ils n'ont pas de droits au travail, pas de reconnaissance de l'État et en plus, il y a cette crise sanitaire qui aggrave la situation et des patrons voyous qui en profitent", déclare l'élue à France Bleu Paris. "Ce rassemblement c'était pour partager notre peine, notre tristesse et rendre hommage à ces travailleurs sans-papiers".

Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances précises de la mort de Bary Keïta. Son corps est toujours à la morgue aujourd'hui, loin de  sa ville natale de Kayes au Mali où vit sa famille. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess