Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Nancy, les gérants d'un centre de bien-être condamnés pour "pratique illégale de la médecine"

samedi 14 juillet 2018 à 10:25 Par Laurent Watrin, France Bleu Sud Lorraine

Deux gérants d'un centre de cryothérapie, technique qui soulage le corps par immersion dans le froid extrême, sont condamnés pour exercer leur activité sans compétence médicale. Les deux mis en cause font appel de ce jugement du tribunal de Nancy.

Le tribunal correctionnel de Nancy a suivi les arguments des conseils de l'ordre des médecins et des kinésithérapeutes de Meurthe-et-Moselle. (photo d'illustration)
Le tribunal correctionnel de Nancy a suivi les arguments des conseils de l'ordre des médecins et des kinésithérapeutes de Meurthe-et-Moselle. (photo d'illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Nancy, France

La décision du tribunal correctionnel de Nancy a suivi les arguments des parties civiles. Les plaintes du conseil départemental de l'ordre des médecins et du conseil de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes avaient mis en avant l'obligation de compétences médicales ou para-médicales pour vendre des séances de cryothérapie, une technique de soulagement de la douleur par le froid extrême. 

Une amende et une interdiction d'exercer

Les propriétaires-gérants du centre nancéien Cryostan sont donc condamnés pour "pratique illégale de la médecine et de la masso-kinésithérapie". 

La justice a prononcé une amende de 10.000 € (avec du sursis) et l'interdiction d’exercer une profession paramédicale pendant cinq ans. 

Pendant l'audience, le 27 juin 2018, les questions du tribunal avaient mis en lumière la publicité du commerce qui vantait le "traitement de la douleur"

Une plaquette de la société présentait aussi le nom d'un kiné du sport, bien connu des footballeurs de l'AS Nancy Lorraine, alors que ce médecin n'est pas associé à l'activité du centre de cryothérapie...

L'avocat des prévenus, Alain Behr, maintient que "la cryothérapie du corps entier n’est interdite par aucun texte". La défense va donc faire appel de ce jugement.