Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nancy : une dispute conjugale est-elle à l'origine de la défenestration d'un homme ?

-
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Un homme d'une trentaine d'année s'est tué en sautant du troisième étage de son immeuble ce dimanche soir à Nancy. Quelques minutes plus tôt sa conjointe s'était réfugiée chez sa voisine expliquant qu'il venait de l'agresser.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Marc Bertrand

Un drame place des Vosges ce dimanche 20 juin à Nancy. Un homme âgé de trente ans s'est défenestré du troisième étage de son immeuble. L'homme est mort sur le coup, de multiples plaies au thorax causées par arme blanche ont été constatées par le médecin légiste.

Quelques minutes plus tôt, sa conjointe s'était réfugiée chez sa voisine, expliquant qu'"elle venait de se faire agresser par son concubin" précise François Pérain, le procureur de la République de Nancy. Cette femme âgée de 30 ans était blessée, avec deux plaies causées par arme blanche à l'abdomen. Elle a été hospitalisée mais son pronostic vital n'est pas engagé.

Les enquêteurs se penchent désormais sur les raisons de cette défenestration et des blessures de la conjointe. Au lendemain de ce drame, de nombreuses questions sont toujours sans réponses, s'agit-il d'une dispute ? Une autre personne est-elle impliquée ? Le procureur de la République de Nancy explique que "selon les premières recherches, aucune plainte ou main courante n’avait été déposée par la femme pour des violences conjugales."

Plus d'informations à venir

Choix de la station

À venir dansDanssecondess