Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Nancy, une femme battue se rend dans une pharmacie pour dénoncer son mari violent

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Florence B s'est rendue dans une pharmacie à Nancy pour dénoncer son mari violent. L'homme a été interpellé et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre au domicile conjugal. Il sera jugé le 5 juin

C'est le pharmacien qui a prévenu la police
C'est le pharmacien qui a prévenu la police © Maxppp - Maxppp

C'est vers 14h00 ce samedi que Florence, environ 40 ans, enceinte de 5 mois, pousse la porte d'une pharmacie située dans un quartier périphérique de Nancy. Elle est seule et peut donc parler librement. Elle explique à la pharmacienne derrière son guichet que son mari vient de la menacer avec un couteau.

La pharmacienne appelle aussitôt la police qui envoie d'abord une patrouille sur place pour recueillir le témoignage de la victime puis sollicite des renforts pour aller interpeller le mari violent. Ce dernier n'oppose aucune résistance. Lors de sa garde à vue, il reconnait avoir déjà giflé sa concubine mais nie l'avoir menacé avec un couteau.

De son côté, la victime explique que ce n'est pas la première fois, une version que confirme le voisinage du couple qui affirme avoir déjà vu Florence avec des contusions au visage.

L'homme a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre au domicile conjugale. Il sera jugé le 5 juin prochain.

Elle a entendu dans les médias qu'on pouvait s'adresser aux pharmaciens

Le procureur de la République de Nancy, François Perain explique dans un communiqué que la victime s'est rendue dans cette pharmacie car "elle a entendu dire sur les médias que les pharmacies pouvaient aider les victimes de violences conjugales".

Ce dispositif, toujours en cours de finalisation, a été lancé en fin de semaine dernière par le ministre de l'intérieur. Il est censé protéger les femmes qui subissent les coups de leurs conjoints, notamment en cette période de confinement. En une semaine en France, les violences conjugales ont augmenté de 32% selon le ministère de l'intérieur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu